Dans notre dossier consommation de la semaine nous nous intéressons aux labels de qualité dans l'alimentation : AOC et AOP, IGP, AB ou encore Label Rouge ils sont nombreux et ont chacun leur propre cahier des charges à respecter pour pouvoir l'apposer sur un produit alimentaire.

 

En première partie nous vous faisons faire un petit tour de tous ces labels de qualité, de ce à quoi ils font référence et quelles sont les obligations à respecter par les producteurs pour les obtenir, mais aussi comment les reconnaître en rayon grâce aux logos.

 

En seconde partie d'article nous essaierons d'aller plus loin en décortiquant ces labels et en mettant notre expérience dans ce domaine à votre service, puisque vous devez le savoir si vous êtes un habitué du blog il a été fondé par un ancien chef de cuisine.

Les principaux labels de qualité dans l'alimentation :

 

  •  AOC (Appellation d'Origine Contrôlée)

appellation-origine-controlee

L'Appellation d'Origine Contrôlée est une certification française toujours en vigueur mais qui est désormais moins utilisée que l'AOP européenne, dont nous allons voir le détail ci-dessous puisqu'elles sont régies par les mêmes conditions d'obtention.

 

L'AOC est d'ailleurs devenue une étape à passer dans l'obtention de l'AOP pour les appellations de produits français selon le Ministère de l'Économie mais reste un gage de protection des produits sur le territoire national.

 

 

  • AOP (Appellation d'Origine Protégée)

appellation-origine-protegee

L'Appellation d'Origine Protégée est donc une norme européenne basée sur le modèle français de l'AOC qui régit les règles de territoire, l'AOP garanti que les produits vendus sous ce label proviennent d'un territoire géographiquement déterminé et protège leur nom en Europe.

 

Elle impose aux producteurs que les produits vendus sous l'appellation AOP soient élaborés et transformés suivant le cahier des charges et dans le territoire délimité de l'appellation, mais elle ne garanti pas que les matières premières soient issues de ce territoire.

 

 

  • IGP (Indication Géographique Protégée)

indication-geographique-protegee

L'Indication Géographique Protégée est un autre label européen qui devait compléter l'AOP puisque la première intègre une notion de territoire alors que l'IGP elle protège le savoir faire des producteurs.

 

Malheureusement là aussi les industriels ont pesé de tout leur poids pour que l'IGP ne soit pas trop contraignante : le produit doit être produit, élaboré ou transformé à l'intérieur du territoire de l'appellation mais il suffit de répondre à un seul des 3 critères pour l'obtenir.

 

 

  • STG (Spécialité Traditionnelle Garantie)

specialite-traditionnelle-garantie

La Spécialité Traditionnelle Garantie est un label là encore européen qui permet de protéger la composition d'un produit, c'est à dire les ingrédients et la méthode de fabrication et/ou de transformation.

 

Bien plus contraignant que les précédents je dois avouer que même moi qui suis un ancien cuisinier professionnel je n'en avais jamais entendu parler, ce qui n'est finalement pas étonnant puisque interdisant les additifs et autres saloperies la majorité des producteurs se contentent des autres labels moins contraignants.

 

 

  • AB (Agriculture Biologique)

label-agriculture-biologique

Celui ci par contre vous devez déjà le connaître puisque le label AB garantit que les produits portant ce label sont issus d'une agriculture biologique, mais il y a une différence entre un produit brut et un produit composé de plusieurs ingrédients qui subit une transformation.

 

En effet si vous achetez des fruits ou des légumes ils ont été cultivés selon le cahier des charges de l'agriculture biologique et donc ne contiennent (normalement) ni engrais chimiques ni pesticides ni OGM, mais pour les produits préparés la norme est de 95% de produits bios donc les fabricants peuvent ajouter 5% de ce qu'ils veulent et quand même obtenir le label AB.

 

Dans ce label AB qui est français il existe un sous label qui est lui européen et s'appelle l'Eurofeuille, il garanti que les produits vendus avec ce label ont été préparés selon le cahier des charges de l'Agriculture Biologique mais vous trouverez plus d'informations ici.

 

 

  • Label Rouge

label-rouge

Enfin le Label Rouge est français également et vise à garantir que les produits portant ce label répondent à des conditions de production strictes déterminées par un cahier des charges, plus complexe le Label Rouge doit faire l'objet d'une homologation.

 

Ouvert à tous les produits alimentaires et produits agricoles non alimentaires et non transformés le Label Rouge est ouvert à tous les produits qu'elle que soit leur origine (même hors UE).

 

Les produits peuvent être contrôlés par l'INAO (Institut National de l'Origine et de la qualité) afin de vérifier qu'ils répondent au cahier des charges, il en existe 427 couvrant les différents types de produits pouvant demander l'obtention du Label Rouge.

 

Conclusion, conseils et autres labels :

Comme nous l'avons déjà en partie expliqué dans les présentations des différents labels de qualité, pour les produits alimentaires il y a bien longtemps que comme dans beaucoup de domaines de sont les lobbys qui ont gagné et imposé leurs conditions à l'obtention des labels.

 

Pour la majorité d'entre eux ils ont veillé à pouvoir apposer les labels sur les produits industriels au même titre que ceux de petits producteurs locaux, ils sont pour la plupart incomplets et insuffisamment contraignants pour laisser la porte ouverte aux additifs et autres conservateurs.

 

Permettant aussi de bénéficier des labels protégeant un territoire même en utilisant des matières premières venant de l'autre bout du monde, du moment qu'elles sont transformées dans une usine sur le territoire ce qui est pour nous tout bonnement impensable.

 

Il n'est donc pas étonnant de voir de nombreux produits industriels fièrement arborer des labels d'identification géographique alors qu'ils n'ont rien à voir avec de vrais produits locaux de petits producteurs, et souvent très opaques concernant la provenance des matières premières.

 

Les labels plus contraignants puisqu'il y en a tout de même un ou deux plus restrictifs, sont quasiment inconnus puisque personne ne les met en avant ou à des niveaux très faibles, comme la STG qui est pour le coup un vrai label de qualité.

 

Mais que l'on ne voit quasiment jamais puisque ceux qui ont les moyens de promouvoir les labels sont justement les industriels qui ne veulent pas s'imposer des cahiers des charges trop contraignants, et puis avec les autres labels ils ont largement de quoi habiller leurs paquets.

 

Comme partout c'est une affaire de gros sous et ce n'est ni la qualité ni l'intérêt du consommateur qui mènent la danse, mais les lobbys de grands groupes industriels qui dictent leur loi à nos politiques qui se plient à leurs demandes.

 

Certes ces labels ont tout de même un certain intérêt, mais ils sont loin de garantir une vraie bonne qualité des produits labellisés ce qui est bien dommage. Du coup ils laissent la place à des labels privés qui se multiplient, nous allons voir un exemple ci-dessous et vous trouverez nos articles sur le sujet en bas de page.

 

labels-qualite-alimentation

Vous pouvez consulter la liste de toutes les AOP, IGP et STG françaises et européennes ici

 

Certains restent intéressants comme le Label Rouge et le logo AB pour les produits bruts qui sont des labels français et pas européens donc un peu plus restrictifs, enfin quelques labels non officiels ont vu le jour pour compléter cette palette comme par exemple le label Bleu Blanc Coeur.

 

bleu-blanc-coeur

Bleu Blanc Coeur est un label français reconnu par l'état avec une charte garantissant la traçabilité des produits du producteur jusqu'au produit final, les produits labelisés Bleu Blanc Coeur doivent respecter des normes environnementales favorisant la biodiversité.

 

Néanmoins quand on voit des jambons et autres aliments industriels arborer le logo Bleu Blanc Coeur là aussi on est en droit de se demander si la rigueur est vraiment de mise, ou si là aussi les lobbys ont imposé leur point de vue au détriment de l'intérêt du consommateur.

 

Au final les labels de qualité c'est bien mais il ne faut pas s'y fier les yeux fermés puisque quand on y regarde de plus près on se rend compte qu'ils ne sont pas aussi contraignants qu'on aimerait en tant que consommateurs qu'ils soient.

 

Si à l'époque le label AOC était un vrai gage de qualité depuis que l'Europe a instauré des labels européens il semble que les normes imposées aient été revues à la baisse, les labels ne sont plus un vrai gage de savoir faire et d'une production 100% locale.

 

Ils restent garants d'une certaine qualité par rapport aux produits qui n'en disposent pas, mais on reste loin du compte du point de vue du consommateur qui se fie à ces labels pensant soutenir les producteurs locaux. Dommage !

 

Crédit images : Institut National de l'Origine et de la Qualité

 

Nos articles similaires :

Tous nos articles d'aide à la consommation ici

Retour à la page d'accueil

Tag(s) : #Consommation, #Cuisine, #planète

Partager cet article

Repost0