Tests et Bons Plans pour Consommer Malin

Média libre et indépendant au service des consommateurs !

Conso : tout savoir sur les labels du commerce équitable

Le commerce équitable existe depuis bien longtemps déjà mais est en plein essor ces dernières années, notamment avec l'arrivée de labels nationaux censés assurer une meilleure rémunération aux agriculteurs et producteurs français.

Nous vous faisons découvrir les labels du commerce équitable et ce qu'ils indiquent, surtout pour nous les consommateurs qui achetons aussi en fonction de leur présence sur les produits du quotidien, notamment alimentaires.

 

Zoom sur les labels du commerce équitable

Nous continuons d'explorer les labels dans différents domaines, même si nous en sommes quasiment toujours déçus puisqu'ils sont souvent trop peu restrictifs, voir même parfois arrangeants envers les industriels et autres multinationales qui les utilisent comme arguments marketing plus que des éléments d'information aux consommateurs.

Mais c'est mieux que rien, nous vous proposons de découvrir dans cet article les labels dédiés au commerce équitable, avec pour chacun une petite description afin d'apprendre à les connaître et définir ce qu'ils indiquent sur les produits qui les arborent.

commerce-equitable-labels
crédit image : commerceéquitable.org

 

Les 8 principaux labels équitables :

  • Agri-Éthique France

Nous détaillons les labels par ordre alphabétique et non pas d'apparition, en effet Agri-Éthique France est plus récent que certains autres et ne concerne pas des producteurs issus de pays en voie de développement comme les premiers à avoir été inventés. Il n'en est pas moins utile car il concerne les agriculteurs français, eux aussi bien mal lotis.

Il garantie une juste rémunération aux producteurs, c'est là par contre bien le principal axe d'un label équitable. Mais intègre aussi des standards de développement durable : approvisionnement local et durable, gestion des déchets et réduction de la pollution, économies d'eau et d'énergies, lutte contre le gaspillage mais aussi bien-être animal.

Un contrôle annuel est prévu pour vérifier que le cahier des charges est bien rempli, et effectué par un organisme externe. Nous n'allons pas rentrer dans le détail pour chacune des filières, mais vous avez le référentiel AEF ici pour celles et ceux qui souhaitent en apprendre plus sur ce label.

  • Bio Équitable en France

Le label Bio Équitable en France lui fixe surtout une série d'interdictions aux productions labellisées, notamment le non recours à des travailleurs détachés ou encore l'engagement de ne pas recourir à des pratiques commerciales pouvant déstabiliser les prix et encourager leur volatilité.

Ils reprend les critères des labels Bio et équitable, ajoutant donc un volet sociétal. On retrouve également l'interdiction des engrais et de produits phytosanitaires de synthèse, mais aussi des OGM. Enfin il intègre un prix minimum des produits, pour garantir une rémunération suffisante aux producteurs.

Vous trouverez plus d'informations dans le référentiel BEF qui est très exhaustif et détaillé, c'est un label assez complet. Trois types de contrôles sont prévus : auto-contrôle, contrôle de l'association et contrôle par un organisme de certification tiers.

  • Biopartenaire Équitable et Bio

Comme son nom l'indique le label Biopartenaire est tourné vers une production Biologique mais aussi éthique, dans l'alimentation mais aussi valable pour les cosmétiques et les produits de bien-être ou de santé. Il est complété par des valeurs socio-économiques et environnementales, visant notamment à relocaliser les approvisionnements.

Ce label reprend à son compte les engagements du label équitable Fair Trade (équitable) que nous verrons plus bas, mais aussi COSMOS pour les cosmétiques. Il intègre une garantie minimale de prix de vente renommé « prix de sauvegarde » et exclu lui aussi les travailleurs détachés.

Vous pouvez consulter le référentiel FiABLE (Filières Attestées Biologiques, Loyales et Équitables) pour voir plus en détail tous les engagements de ce label. Mais malgré un document de 48 pages nous n'avons vu aucune allusion à un système de contrôle externe, ce qui est dommage même si une grande transparence est demandée aux acteurs de la filière.

  • Fair For Life

Commerce équitable mais aussi responsabilité sociale et environnementale sont au programme du label Fair For Life, qui peut se traduire en français par « équitable à vie ». Il couvre l'alimentation, mais aussi les produits artisanaux, les cosmétiques ainsi que les textiles avec donc une visée à moyen et long terme.

C'est sans doute un des labels les plus restrictifs, imposant dans l'alimentation un minimum de 80% de matières premières issues du commerce équitable. Mais aussi 70% pour les autres filières : cosmétiques, produits artisanaux et textiles (fibres), nous verrons ce que ça représente en conclusion.

Le référentiel Fair For Life est d'ailleurs notre champion avec pas moins de 116 pages, avis aux amateurs. Des contrôles en interne et des audits externes sont prévus pour garantir le respect du cahier des charges du label, bref c'est carré et semble bien géré.

commerce-equitable
crédit image : pixabay - CUONG_ART
  • Fairtrade Max Havelaar

Voilà un des tous premiers labels équitables à avoir vu le jour, vous devez le croiser en rayons depuis plusieurs années et le connaître. Le label Fairtrade Max Havelaar garanti une juste rémunération des producteurs de l'hémisphère sud sur les produits importés dans l'hémisphère nord.

Car si le principe a été décliné aux niveaux nationaux comme les premiers labels que nous avons détaillés, c'est bien le but premier des labels équitables d'éviter que des entreprises profitent d'une main d'oeuvre à bas coût dans le sud pour revendre chez nous leurs produits avec un gros bénéfice à la clé.

Bref le label Max Havellar est sans doute le plus connu donc il n'est plus besoin de le présenter, vous trouverez les référentiels ici pour plus d'informations. Ils appuient bien sur le fait que des contrôles stricts et réguliers (réalisés par FloCert) sont mis en place pour garantir l'application des cahiers des charges, ce qui n'est pas le cas de tous les labels.

  • Label Tourisme Équitable

Vous l'aurez deviné ce label est dédié aux entreprises et acteurs du tourisme, le Label Tourisme Équitable est géré par l'ATES (Association pour le Tourisme Équitable et Solidaire). Il impose aux employeurs de respecter le droit du travail et le bien-être de leurs employés, l'autre aspect est fait d'engagements en faveur de l'environnement.

Ils s'engagent à privilégier des fournisseurs et consommables écoresponsables, mais aussi à réduire les consommations d'eau et d'énergie ainsi que les déchets. Le dernier aspect concerne la transparence et l'information aux voyageurs, qui doivent pouvoir constater les efforts réalisés.

Comme pour les autres vous pouvez consulter le référentiel qui indique les axes de travail et obligations que doivent respecter les entreprises souhaitant arborer le label. Attention par contre de ne pas le confondre avec le label Qualité Tourisme que nous vous avions présenté l'an dernier.

  • SPP France commerce équitable

Le label SPP pour « Symbole des Producteurs Paysans » fait la part belle à l'agriculture paysanne, il est géré par les organisations de petits producteurs. Ce label engage les membres sur des thématiques de traçabilité, de prix minium durable et pour assurer un développement dynamique des exploitations agricoles.

Notons que si 100% des matières premières doivent répondre aux engagements, c'est par contre un des labels les moins exigeants exigeant pour les produits composés. Ils peuvent se contenter de 25 à 50% du poids du produit fini issu de la filière SPP, ça fait un peu léger à notre avis mais nous allons voir ça juste après justement.

Il exige par contre que la transparence soit faite sur l'étiquetage qui doit bien mentionner les matières premières issus du label SPP et leur taux dans le produit fini, mais ne mentionne aucun contrôle. Pour plus d'informations vous pouvez bien entendu là aussi vous reporter sur le référentiel SPP France qui est bref mais précis.

  • World Fair Trade Organization

Dernier label équitable avec celui de la World Fair Trade Organization qui est principalement axé sur l'aspect conditions de travail et rémunération avec l'interdiction du travail forcé ou de l'emploi d'enfants (oui ça existe encore de nos jours malheureusement), mais aussi des engagements de non discrimination et d'égalité entre hommes et femmes.

C'est très résumé et ce label traite de l'ensemble des conditions de travail, d'autant plus important que c'est un label international qui s'applique dans les régions du monde ou elles sont trop peu respectées. L'autre aspect est environnemental : de l'approvisionnement en matières premières aux expéditions, en passant par la production et les emballages tout est fait pour réduire l'impact.

Vous pouvez consulter le référentiel WFTO un peu compact mais très complet pour tout savoir sur ce label, seule réserve avec des contrôles semble t'il principalement effectués en interne mais ne faisant pas appel à un organisme certificateur externe, pour nous la confiance ça se gagne.

commerce-equitable-france
crédit image : pixabay - Wheely248

 

Conseils et conclusion :

Comme nous l'avions vu déjà dans notre article sur le nouveau logo du Made in France, la plupart des labels Bio et éthiques listés ci-dessus ne garantissent pas aux consommateurs des produits 100% issus de productions équitables et/ou écoresponsables, tous ne sont pas adossés à une culture biologique.

Tous les labels ne se valent pas et n'ont pas les mêmes niveaux d'exigences, même si l'on retrouve toujours plus ou moins les mêmes engagements pour une meilleure rémunération avec des valeurs sociales et environnementales, donc c'est mieux que rien même pour les moins stricts d'entre eux.

En effet on est plutôt dans l'ensemble pour les produits finis sur des compositions avec au minimum 50% de produits Bio et issus de filières éthiques pour pouvoir apposer les labels. C'est la barre fixée de manière générale en France pour la plupart des labels, mais sommes nous les plus exigeants ?

Non, car certains labels internationaux et plus anciens sont bien plus restrictifs. Le label Max Havelaar par exemple impose 100% de matières premières issues du label, exception faite des produits n'en disposant pas (oeufs, noisettes ou sel par exemple) pour les produits finis comme les plats cuisinés.

Le label Fair For Trade lui impose 80% de matières premières équitables dans l'alimentation et 70% pour les autres gammes de produits (cosmétiques, textiles). L'autre différence est que sur certains labels on indique des contrôles sans vraiment donner plus de détails, là aussi les labels internationaux font mieux et sont plus enclins à préciser les organismes de contrôle impliqués.

On voit clairement une différence entre les labels français qui sont venus s'ajouter et qui garantissent une meilleure rémunération aux agriculteurs, ce qui est à saluer et devrait même être la règle pour toute l'alimentation vendue en France.

Mais ce n'est pas le cas, vous devez connaître notre implication contre les multinationales et leurs lobbys qui s'assurent de peser de tout leur poids sur nos politiques, afin que les industries agroalimentaires puissent elles aussi arborer l'ensemble des labels sur leurs productions de masse qui réduisent les coûts au maximum.

C'est par contre plus étonnant de voir que des labels privés et non gouvernementaux ne fassent pour certains pas mieux, si nous devions donc vous en recommander ce sont les deux que nous venons de citer qui semblent être les plus stricts, et par conséquent sont les plus informatifs pour les consommateurs.

Mais les labels assurant une juste rémunération aux agriculteurs français n'en sont pas moins importants, il est primordial de les privilégier autant que possible même si nous en voulons toujours plus de notre point de vue de consommateurs. Vous trouverez plus d'informations sur les labels équitables sur le site qui leur est dédié, et des articles similaires écrits par nos soins ci-dessous.

Découvrez nos articles similaires :

Retrouvez tous nos articles consommation ici

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article