Tests et Bons Plans pour Consommer Malin

Média libre et indépendant, par des consommateurs pour les consommateurs !

Consommation : apprendre à lire l'étiquette de vos vêtements

Après avoir vu l'alimentation, le vin et le chocolat ainsi que les différents labels nous continuons notre grand tour des étiquettes et emballages avec dans cet article un zoom sur les étiquettes de nos vêtements : de nombreuses informations y sont disponibles, mais encore faut il savoir les lire.

En première partie nous allons voir la réglementation en vigueur et les différentes mentions que l'on retrouve sur les étiquettes de vêtements, en seconde partie comme d'habitude nous vous donnerons nos conseils pour bien lire les étiquettes.
 

Les différentes mentions trouvables sur les étiquettes de vêtements :

etiquette-vetement
crédit image : pixabay - brucejhadley

Comme toujours nous allons d'abord voir ce que prévoit la loi puisque nos politiques ce sont penchés sur le sujet et imposés quelques mentions obligatoires, pourtant si de manière plus générale la France est connue pour avoir les réglementations les plus strictes dans ce cas précis il n'en est rien.

En effet nous avons été surpris de voir que seules 3 des 6 mentions que l'on retrouve sur la très grande majorité des vêtements vendus en France étaient obligatoires, et nous allons voir que c'est pour certaines tout de même assez étonnant.

Les 3 mentions obligatoires :

  • La composition

  • Le prix

  • L'état

Nous n'allons pas tout détailler car tout le monde sait ce qu'est le prix mais deux éléments quand même à préciser : l'état c'est tout simplement de savoir si le produit est vendu « neuf » ou de « seconde main », pourtant je n'ai jamais vu la mention « neuf » apposée sur un vêtement. La loi précise que les vêtements d'occasion doivent être signalés comme tel par un écriteau lors de la vente.

Ce ne sont donc pas vraiment 3 mentions qui sont obligatoires, d'autant que celle du prix semble aller de soi, il ne reste donc guerre que celle de la composition qui nous donne de réelles indications sur la qualité du vêtement en tant que consommateurs, ce qui pour le coup fait un peu léger peut-être.

Les 3 mentions non obligatoires :

  • La taille

  • L'entretien

  • L'origine

Comme par hasard (ou pas) ce sont donc les mentions non obligatoires qui vont nous apporter le plus d'informations, car non vous ne rêvez pas la taille du vêtement n'est pas obligatoire selon la loi française, c'est une option que le fabricant peut indiquer ou non donc il fait comme il a envie.

Heureusement les étiquettes sont normalisées à un niveau mondial et dans ce domaines d'autres pays doivent être plus regardants que la France, donc on a en général sur les étiquettes au moins deux des trois mentions courantes mais non obligatoires chez nous.

Nous verrons en partie suivante les détails mais prenons quelques lignes pour voir l'étiquette d'entretien, qui n'est pas obligatoire et pourtant d'une importance primordiale et il y a même d'ailleurs un comité national qui perçoit une redevance dessus.

Pour résumer donc les fabricants doivent payer une redevance à un comité pour pouvoir apposer sur leurs vêtements un étiquetage d'entretien qui n'est pas obligatoire, nous avons déjà vu des absurdies dans le domaine des labels et étiquettes mais là il faut avouer que c'est tout de même assez impressionnant, nous détaillons dans la partie suivante.

Source : ministère de l'économie

 

Nos conseils pour bien lire les étiquettes de vêtements :

Revenons tout de suite sur cette fameuse étiquette d'entretien des vêtements, au combien importante pour leur entretien et donc leur longévité, non obligatoire en France mais payante. C'est un comité national qui est chargé de récupérer la redevance, qui se nomme le COFREET (Comité Français de l’Étiquetage pour l'Entretien Textile).

Les fabricants qui veulent apposer sur leurs étiquettes les symboles d'entretien, qui font l'objet d'une marque déposée, doivent donc s'acquitter d'une licence auprès de ce comité national. L'organisme se charge de sa promotion et de sa protection, mais aussi de l'information auprès du grand public et ça c'est une bonne chose.

Notre premier conseil dans ce domaine, car ce serait trop long de détailler les symboles un par un et car ils sont protégés donc nous n'avons pas le droit de les afficher, est donc d'aller faire un tour sur leur site d'informations public qui s'appelle « lavermonlinge ».

Si nous trouvons la pratique dans son ensemble assez étonnante il faut avouer que leur site est bien conçu et donne tous les détails pour apprendre à lire les symboles des étiquettes d'entretien, qui sont bien plus complexes que l'on pourrait le croire de premier abord puisque l'étiquette d'entretien est composée de 5 symboles.

Mais chacun de ces 5 logos a plusieurs déclinaisons donc au total ce ne sont pas 5 symboles que l'on va trouver sur une étiquette car avec leurs déclinaisons il y en a 42 différents ! On retrouve notre bon vieil adage français : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué.

Il faut donc avoir un BAC+2 pour pouvoir lire cette étiquette d'entretien non obligatoire mais soumise à une redevance, nous n'irons pas plus loin car là c'est tellement ubuesque que ça en devient presque ridicule. Vous trouverez plus d'informations sur le site du COFREET qui se nomme lavermonlinge.

À noter tout de même qu'ils ont utilisé une partie de l'argent récolté pour informer le public donc c'est plutôt une bonne chose même si encore bien trop complexe pour le consommateur, mais ils ont mis en place une application smartphone qui permet de lire plus facilement l'étiquette d'un vêtement pour avoir toutes les informations d'entretien.

application-entretien-vetements
crédit image : COFREET

N'hésitez pas à l'installer si vous êtes fan de mode ou pour vos sessions de shopping, il faut en fait pour chaque vêtement indiquer quelles déclinaisons de chaque logo est apposée pour avoir ensuite les conseils d'entretien et de lavage précis. Mais l'application est bien conçue et assez pratique, vous pouvez même prendre en photo le vêtement et l'ajouter à un onglet votre dressing.

Bref il faut avouer que l'application smartphone est un bel outil mis au service du consommateur, mais nous aurions sans doutes du commencer par ça car nous avons fait tout un pavé sur ce COFREET qui souligne bien la lourdeur administrative à la française qui nous fait si souvent défaut.

D'autant que l'entretien est corrélé à la composition du vêtement (laine, nylon, élasthanne, cachemire, etc...) qui est elle une des mentions obligatoires, et même la seule vraiment intéressante avec le prix pour les consommateurs parmi celles qui sont imposées.

L'origine est également un élément d'importance si vous vous souciez un tant soit peu de l'environnement et des droits de l'homme car on sait que certains pays de production sont loin d'être exemplaires dans ces domaines et pourtant les plus gros fabricants mondiaux, notamment entre Afrique et Asie.

Mais l'élément le plus important peut-être et pourtant facultatif également c'est la taille, car si le vêtement ne vous va pas ma foi il y a peu de chances que vous ne le conserviez, il va au mieux partir sur le marché de seconde main ou au pire finir au fond d'un placard à prendre la poussière.

Il est vrai qu'en magasin on va l'essayer et donc ce n'est pas un soucis majeur mais avec les nouveaux modes de consommation qui passent massivement par l'achat en ligne la taille devient un élément majeur à indiquer au consommateur, nous ne comprenons pas qu'elle ne soit pas déjà obligatoire à vrai dire.

De plus elle est assez trompeuse car chaque continent voir pays utilise un système de tailles différent et il n'est pas rare de devoir se reporter à un guide des tailles pour voir les correspondances en fonction de l'affichage, mais si vous avez déjà acheté des vêtements en ligne vous y avez déjà été confrontés.

Heureusement la très grande majorité des sites de vente en ligne qui proposent des vêtements ont un tableau à disposition des potentiels acheteurs pour voir les correspondances en tailles européennes, sinon vous avez un site assez bien conçu que vous pouvez consulter : Guide Des Tailles.

guide-tailles-vetements
crédit image : GuideDesTailles.com

Il ne reste plus qu'à faire la synthèse de toutes ces indications pour faire votre choix même si en rayon ce n'est pas toujours évident entre une étiquette d'entretien aux 42 déclinaisons et des tailles non uniformisées d'un pays à l'autre, pourtant toutes les mentions ont leur importance et celles non obligatoires le sont parfois même plus que celles qui le sont.

Pour aller plus loin vous pouvez lire nos conseils pour bien réussir ses soldes puisque les vêtements sont une des gammes de produits qui s'y vend le plus, mais également pour les petits budgets consulter notre article sur les e-commerces asiatiques puisque la plupart des vêtements y sont fabriqués donc ça peut valoir le coup d'en importer certains.

Nos articles similaires :

Tous nos articles d'aide à la consommation ici

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article