Tests et Bons Plans pour Consommer Malin

Média libre et indépendant au service des consommateurs !

Conso : le scandale des rappels de produits continue, sonnons l'alerte !

Revenons sur un sujet que nous évoquons régulièrement sans avoir pris jusqu'ici le temps de lui consacrer un article entier. C'est pourtant un véritable scandale qu'il faut dénoncer, celui des rappels de produits et de l'information aux consommateurs !

Alors allons y et dénonçons un système inadapté, ne permettant pas aux consommateurs d'être informés comme ils le devraient. Qui par conséquent consomment sans le savoir au quotidien des produits qui ont pourtant fait l'objet d'un rappel, ingérant toutes sortes de saloperies dangereuses pour leur santé.

 

Rappels de produits : problème récurrent, scandale alimentaire !

Les scandales dans le milieu de l'agro-alimentaire s'intensifient mais rien ne change, les associations ont beau s'agiter, quelques parlementaires s'en mêler, rien n'y fait ! Car les bénéfices et les dividendes reversées aux actionnaires sont bien plus importantes aux yeux des marques (et de nos politiques) que notre santé, c'est la triste réalité.

Sur le site gouvernemental Rappel Conso que nous venons de consulter il y a 4989 rappels de produits en cours (début mars 2022), dont 4122 concernent l'alimentation. Plus de quatre mille produits qui sont contaminés, essayez de vous rendre compte de l'importance de ce chiffre.

Parmi les « risques » recensés et qui sont indiqués on trouve des additifs et arômes interdits, des bactéries (listéria, salmonelles, etc...), des taux de pesticides supérieurs aux limites autorisées, de nombreux rappels indiquent un risque aux « autres contaminants chimiques » sans plus d'informations.

D'autres contiennent des corps étrangers classés comme « inertes », on y retrouve des métaux, du papier, du plastique ou encore des textiles et du verre. En effet il m'est déjà arrivé de me retrouver du verre plein la bouche en mangeant un pain au lait, ça n'a rien d'étonnant semble t'il pour nos dirigeants et nos industriels.

Le dernier scandale en date enfin, qui confirme que ça continue et que les industriels n'ont aucun respect des consommateurs, ce sont les crèmes glacées qui représentent à elles seules plusieurs centaines de références faisant l'objet d'un rappel de produit.

rappels-produits-site
crédit image : Rappel Conso

L'association FoodWatch qui a enquêté sur ce sujet révèle d'ailleurs que certains rappels de produits faits en 2022 concernent des bûches glacées commercialisées en 2019. Un rappel produit qui intervient 3 ans après, ça ne choque personne ?

Comme la date limite de consommation est bien plus courte, vous en avez sans doutes vous aussi mangé sans même le savoir. Toutes étaient contaminées à l'oxyde d'éthylène, un produit chimique interdit en Europe car cancérigène et particulièrement toxique quand il est ingéré.

Pourtant des centaines de produits en sont chargés dans des proportions supérieures aux normes autorisées, et ont fait l'objet d'un rappel. On en a brièvement entendu parler aux infos en 2021 sans trop savoir ce qu'il en était, principalement et c'est toujours présenté ainsi, concernant surtout les graines de sésame alors que toutes les gammes de produits sont concernées.

Et il aura fallu que les associations de consommateurs se battent pendant un an pour qu'enfin les autorités se décident à retirer de la vente les produits contaminés, comme le révèle l'UFC Que Choisir à l'été 2021.

Ces exemples démontrent que non seulement l'information aux consommateurs est largement insuffisante, mais que les industries agro-alimentaires se moquent de la santé des consommateurs, elles sont prêtes à les mettre en danger pour faire des bénéfices.

Un constat de plus d'une société qui ne respecte plus rien ni personne, des EPHAD à nos assiettes tout est prétexte à faire du fric, toujours plus de fric il n'y a plus que ça qui compte. Les petites gens ne servent plus qu'à alimenter en argent des multinationales, qui en veulent toujours plus et qui n'ont plus aucunes limites pour continuer à s'enrichir.

Le pire c'est que au final qui peut arrêter ces industriels ? Nos politiques sont à la solde des lobbys et on voit bien, loi après loi, qu'ils font tout pour ne pas pénaliser les grandes sociétés au détriment des consommateurs. Pire nos gouvernements continuent de leur adjuger des aides à grands coups de milliards d'euros d'argent public, creusant la dette et pénalisant les futures générations.

rappels-produits-affichage-magasin
illustration de l'affichage des rappels produits en supermarché

 

Rappels de produits : pourquoi tant de cachoteries ?

C'est en 2021 que le gouvernement s'est enfin décidé à mettre en place un site internet dédié : Rappel Conso, que nous vous avions présenté lors de son lancement. Une avancée significative et bienvenue c'est certain. Mais pour lui pas de spots télévisés, aucune mise en avant si ce n'est par l'unique bonne volonté de quelques médias et citoyens engagés.

Pendant ce temps, dans nos supermarchés, l'information aux clients ressemble à la photo que nous avons prise dans notre Super U (voir ci-dessus) mais c'est similaire dans toutes les enseignes. Qui va prendre le temps de lire des dizaines de feuillets scotchés à la hâte dans un recoin d'un rayon au fond du magasin ?

Pourquoi, alors que la moindre des choses serait pourtant d'afficher le rappel de produit à l'endroit précis ou est vendu le produit rappelé, directement en rayon donc, cache t'on les rappels de produits comme si ils étaient une information superflue qui ne mérite pas d'être mieux exposée ?

Pour les bénéfices toujours, ça ne ferait pas une bonne publicité à la marque et à l'enseigne, alors on préfère ne rien faire et laisser les gens s'intoxiquer pour que l'argent continue de couler à flots. De nos jours les consommateurs servent de variable d'ajustement pour optimiser un business juteux, dans le monde altruiste et bienveillant des marques de l'agroalimentaire.

Pourtant au 21ème siècle personne ne se gêne pour analyser vos achats et votre comportement, dans le seul but de vous proposer de la publicité et des offres ciblées. Mais vous envoyer un mail ou un SMS pour vous prévenir d'un rappel de produit, c'est semble t'il bien trop compliqué.

rappels-produits-alimentation
crédit image : pixabay

Certes il faudrait que ce soit basé sur le volontariat, mais les consommateurs qui souhaitent être informés, si possible avant qu'ils aient consommé le produit, devraient pouvoir l'être. Ne serait ce pas la moindre des choses, que quand un problème est détecté, on fasse son maximum pour alerter.

Et bien non, soit disant que ça coûterait trop cher aux marques, alors tant pis laissons les gens s'intoxiquer et crever à petit feu. Car il faut que les patrons et actionnaires puissent s'octroyer des revenus exorbitants bien mérités, c'est que c'est beaucoup de travail de faire croire qu'on est altruiste et bienveillant alors qu'on est vénal et sans pitié.

Nous pourrions évoquer le documentaire de France TV diffusé en février et intitulé : "Fraude alimentaire : un crime organisé ?". Disponible en replay on y apprend comment s'organise le trafic d'aliments avariés, contaminés, contrefaits, etc... Un autre sujet tabou géré dans une totale opacité par nos dirigeants qui ne donnent absolument aucune information, mais pour quelle raison ?

Car si en France c'est l'omerta, chez nos voisins belges un syndicat (CSC) dénonce le fait que durant la pandémie les bénéfices du commerce alimentaire ont augmenté de 108% et les dividendes reversées aux actionnaires de ces groupes ont bondi de +70%. Il y a peu de chances que ce soit différent en France, mais personne n'ose se mettre en travers du chemin de lobbys surpuissants.

Nous l'avons déjà vu dans un article récent, les plus riches ont vu leurs fortunes très largement augmenter pendant la pandémie. Certaines ont même littéralement doublé pendant que la "populasse" était confinée, la guerre en cours aura sans doute le même effet pendant que l'inflation touche une large partie de la population.

Mais peu importe que les pauvres crèvent la dalle et se saignent pour se chauffer ou faire le plein, peu importe si ils ingèrent plein de saloperies. La seule chose qui ne change pas, c'est qu'il faut maximiser les bénéfices pour pouvoir reverser plus de dividendes.

Découvrez nos articles similaires :

Retrouvez tous nos articles d'aide à la consommation ici

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article