Tests et Bons Plans pour Consommer Malin

Média libre et indépendant au service des consommateurs !

Actualités : plus de 5.000€ de dette par français, merci la pandémie !

Nous prenons le clavier pour relayer le message d'une association qui depuis plusieurs mois alerte sur les plans de relance, qui viennent abonder d'argent public les grandes entreprises (qui n'en ont pas besoin) et creusent toujours plus la dette publique.

Nous allons voir tout ça en détail mais le calcul est simple, le plan France 2030 représente 34 milliards d'euros. Ces chiffres sont tellement hallucinants pour nous autres que l'on ne comprend pas vraiment leur signification, alors soyons plus concrets.

Nous sommes 67,39 millions de français, si l'on prend donc tout simplement cette somme allouée par l'état de 34 milliards d'euros et qu'on la divise par le nombre de français, ça donne un montant 504,53€ par personne.

 

L'Observatoire des Multinationales met les pieds dans le plat :

Comme l'argent de l'état est le nôtre, entre impôts et taxes, ça représente une nouvelle dette de plus de 500 euros pour chacun des citoyens français, qui vient s'ajouter à une dette globale déjà monstrueuse. Si vous êtes un couple avec 2 enfants ce sont donc plus de 2000€ de dette supplémentaire pour votre petite famille.

Autant d'argent qui vous sera prélevé d'une manière ou d'une autre puisque l'argent ne pousse pas sur les arbres, le tout après deux années de « quoi qu'il en coûte » qui ont déjà fait exploser la dette nationale.

Car ce n'est pas la première aide aux entreprises il faut en avoir conscience, le rapport de l'Observatoire rappelle en effet déjà un premier plan nommé Grand Plan d'Investissement à hauteur de 57 milliards d'euros fin 2017.

Et bien entendu les aides durant la crise du COVID-19, certes dans l'ensemble indispensables, mais qui vont nous plomber pour des décennies. Et encore un Plan de Relance de milieu de crise à 100 milliards, sans oublier les aides habituelles qui tournaient à environ 150 milliards par an avant la pandémie.

On est donc grosso modo déjà à plus de 340 milliards d'euros redirigés vers les entreprises, soit une dette d'environ 5000€ par tête de pipe (20000€ pour un foyer de 4 personnes). Mais ces calculs comme notre titre sont un raccourci facile et la réalité est plus complexe bien entendu, car nous ne cotisons pas tous de manière égale et il faut prendre en compte le retour sur investissement.

Néanmoins si l'on pourrait penser que c'est pour l'avenir, pour relancer (encore) l'économie, l'Observatoire des Multinationales lui regrette le manque de transparence et de contreparties demandées en échange de ce nouveau plan d'investissements.

Comme toujours quand on creuse un peu, ce qui a été fait dans ce rapport que vous devriez prendre le temps de lire, on voit que ce sont toujours les mêmes qui en profitent, alors qu'ils ne respectent pour la plupart même pas leurs engagements précédents.

Du coup dans ce nouveau plan ils ne se sont même pas embarrassés à prévoir des contreparties, « c'est pour nous, c'est cadeau ». Car les instances censées vérifier l'utilisation de ces deniers publics sont en grande partie les bénéficiaires des aides ou leurs proches, aucun risque comme ça que quelqu'un vienne se plaindre.

plan-france-2030
crédit image : Observatoire des Multinationales

 

34 milliards pour aider des entreprises, qui font déjà des bénéfices records

La question est donc de savoir si c'est bien opportun de faire un tel geste, sans aucune contrepartie, auprès d'entreprises qui pour beaucoup ont fait des bénéfices record depuis le début de la pandémie, comme le rappelle l'Observatoire des Multinationales dans le premier volet de son alerte.

En effet comme nous l'évoquions en introduction, le problème n'est pas d'aider les technologies d'avenir ou les entreprises qui en auraient vraiment besoin, au contraire faisons le. Mais au final ce sont toujours les mêmes qui se gavent et reversent les bénéfices à leurs actionnaires plutôt que d'utiliser l'argent pour, par exemple, augmenter leurs employés comme le regrette Eric Lombard, le patron de la Cour des Comptes.

Ces deux dernières années ce sont quelques 76 milliards de dividendes qui ont été reversés aux actionnaires par les entreprises du CAC 40, qui ont enregistré des bénéfices records en 2021 : 12,5 milliards d'euros pour Total Energies, 7,7 milliards pour Renault, 7 milliards d'euros pour Arcelor Mittal, 6,4 milliards pour Stelantis, 2 milliards d'euros pour Engie, etc...

Les français les plus riches ont profité de la crise pour s'en mettre plein les poches, un article de BFM TV indiquait à l'été 2021 que le patrimoine des 500 plus grosses fortunes françaises a augmenté de 30% sur la même période que le « quoi qu'il en coûte », pour approcher les 1000 milliards d'euros (ou 1.000.000.000.000€, oui ça fait beaucoup d'euros).

Selon France Info si l'on prend le cas de Bernard Arnaud, sa fortune à augmenté de presque 100 milliards d'euros entre mars 2020 et octobre 2021, pour atteindre une fortune totale estimée à 164 milliards d'euros. Mais comme il a fait mettre en flacon un peu de gel hydroalcoolique, c'est bien mérité voir même la moindre des choses.

Nous profitons des quelques mois qu'il reste avant que Bolloré ne contrôle l'ensemble des médias français pour mettre des liens de sources diverses, ah non c'est vrai il part en retraite (lol). Car nous ne prétendons pas détenir la vérité, et s'informer c'est aussi lire un peu toutes les opinions divergentes pour se faire la sienne.

D'ailleurs ce même Bernard Arnaud ne tenterait il pas de faire la même chose ? 

Nous on appelle ça des profiteurs de crise, mais pour nos dirigeants ce sont des entrepreneurs d'avenir qui méritent bien que les français se saignent pour qu'ils puissent innover avec notre argent. Si ça foire ce n'est pas bien grave on leur redonnera quelques dizaines de milliards pour les renflouer, si ils en tirent des bénéfices leurs actionnaires seront généreusement récompensés.

Mais au final les pauvres sont toujours plus pauvres et les riches sont toujours plus riches. Tellement riches qu'ils ne savent pas quoi faire de leurs fortunes, mais partager un peu ça il n'en est pas question !

evolution-fortunes-france
crédit image : France Info - source : Oxfam

 

Notre avis et conclusion :

Nous ne sommes pas là, encore moins en période d'élections, pour jouer les arbitres entre les partis politiques bien entendu. Mais pour autant nous n'allons pas non plus passer sous silence de tels cadeaux du gouvernement, au détriment du pouvoir d'achat des consommateurs.

Officiellement il a augmenté et le gouvernement s'en félicite, mais c'est une moyenne nationale et la réalité c'est que le pouvoir d'achat des plus aisés a augmenté alors que celui des plus dépourvus a baissé.

Car dans le même temps la Cour des Comptes vient de tirer la sonnette d'alarme, les sages estiment qu'il va falloir faire 9 milliards d'économies supplémentaires par an pour redresser les comptes publics. Mais ils ne disent pas qui va devoir faire des sacrifices, nous le savons déjà.

Nous pourrions aussi évoquer le désastre environnemental, une récente enquête de Oxfam révèle que le patrimoine financier des 63 plus gros milliardaires français émet autant de gaz à effet de serre que celui de la moitié des ménages français. Soit l'équivalent de 52 millions de tonnes de CO² eq par an, à eux seuls ces 63 fortunes ont un bilan carbone patrimonial identique à celui du Danemark, de la Finlande et de la Suède réunis !

Alors qu'une poignée de riches sont toujours plus riches et les pauvres toujours plus nombreux, quel est le message et le but de cette politique ? Tous partis confondus d'ailleurs, depuis plusieurs décennies que le monde de la finance et les multinationales à l'aide de leurs lobbys influencent nos dirigeants.

Quand ils ne sont pas directement infiltrés dans les plus hautes instances de la république, car la réalité c'est que bon nombre de nos hauts fonctionnaires cumulent des mandats publics et des activités privées dans les grands groupes simultanément, ce qui s'appelle du pantouflage et un article de Marianne vous permettra de découvrir ce merveilleux univers. 

Nous nous associons donc aux alertes lancées par l'Observatoire des Multinationales, et demandons une meilleure répartition des richesses pour que tous les français puissent simplement vivre dignement ! Que les aides aillent à celles et ceux qui en ont besoin, plutôt qu'à des grands groupes et leurs actionnaires qui ne savent déjà plus quoi faire de leurs gigantesques fortunes.

Car ce n'est pas le tout de dire « bouh c'est pas bien », d'autant que nous ne sommes pas économistes et n'y comprenons pas tout il est vrai, c'est un sujet particulièrement complexe. Mais il nous semble néanmoins que cet argent pourrait être bien mieux utilisé, au service de tous les citoyens plutôt que d'une élite privilégiée.

utilisation-fonds-publics
crédit image : Observatoire des Multinationales

En fin de document l'Observatoire des Multinationales propose quelques autres solutions pour mieux utiliser cet argent public : 34 milliards d'euros permettent de payer le salaire de 640.000 soignants, de construire 850 lycées, de rénover 680.000 passoires thermiques ou de verser une bourse de 20.000€ à chaque étudiant. Autant de projets qui auraient un réel impact sur nos vies !

L'association UFC Que Choisir vient d'interpeller les candidats à la présidentielle, en publiant des propositions qui permettraient de rendre 15 milliards d'euros de pouvoir d'achat aux français. Soit 500€ par ménage, tient ce chiffre ne vous rappelle rien ? C'est quasiment la même somme que la dette par français créée par cet énième plan en faveur des entreprises !

La différence c'est que nous pouvons déjà vous annoncer que quasiment aucune des propositions faites par l'UFC Que Choisir ne sera mise en œuvre par le futur gouvernement, quel qu'il soit.

Car ils répondront que ça coûterait trop cher à l'état, c'est pourtant moitié moins onéreux que le plan France 2030 et moins de 5% du total des aides reçues par les entreprises depuis le début de la pandémie, ou encore exactement les bénéfices que devrait faire le seul groupe Total en 2022 selon les prévisions.

Mais il semblerait que de nos jours les décisions se prennent pendant les chasses royales à Chambord où se côtoient politiques, industriels et lobbyistes. De quoi réfléchir à l'avenir que nous voulons, et quelle société nous souhaitons laisser à nos enfants.

Retrouvez toutes les actualités ici

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article