Tests et Bons Plans pour Consommer Malin

Média libre et indépendant au service des consommateurs !

Conso : zoom sur le nouveau label Responsability Europe

Dans cet article nous vous faisons découvrir le nouveau label européen du développement durable des entreprises, que vous connaissez déjà peut-être sous le nom de RSE pour Responsabilité Sociétale des Entreprises.

Le label Responsability Europe est donc souvent aussi appelé RSE européen, ce nouveau label permettra donc aux entreprises de faire valoir un label international en plus des labels nationaux et aux consommateurs de mieux s'y retrouver également.

Déroulé de l'article :

 

Du RSE français au nouveau label Responsability Europe

responsability-europe
crédit image : AFNOR

Ce nouveau label européen a été lancé début 2021, mais le temps que tous s'accordent et qu'il se mette en place il commence donc tout juste à se dévoiler. Nous devons l'idée à trois acteurs qui se sont réunis pour amorcer la mise en place du label Responsability Europe.

L'AFNOR pour la France, l'INDR pour le Luxembourg et Ecorparc pour la Suisse. Qui sont donc trois organismes accompagnateurs et/ou certificateurs du développement durable des entreprises dans leurs pays respectifs.

Les différents labels RSE nationaux étant pour leur majorité basés sur la norme internationale ISO 26000 il n'a pas été trop complexe de concevoir un label à l'échelle européenne, ce qui est logique puisque c'est la norme ISO qui définit la responsabilité sociétale des entreprises.

La norme ISO 26000 intègre trois axes : le respect des droits de l'homme, l'éthique et l'environnement. Mais elle n'octroie pas de certification contrairement à d'autres normes ISO, ce qui explique que des certifications nationales aient été mises en place dans certains états pour valoriser les acteurs qui s'impliquent dans ces domaines.

C'est le RSE pour la France donc, que l'on va plus généralement évoquer sous le terme générique de développement durable. Car les ODD (Objectifs de Développement Durables) nous viennent eux de l'ONU et ont été ratifiés en 2015 lors de la COP21, plus connue sous la dénomination de « l'accord de Paris ».

Si vous n'arrivez déjà plus à suivre avec tous ces dispositifs n'ayez pas d'inquiétude, le label Responsability Europe devrait nous permettre d'y voir enfin plus clair. Enfin pas vraiment en fait car il ne remplace pas les labels nationaux mais vient s'y ajouter comme une sorte du sur-label international.

Mentionnons tout de même avant de passer à la suite que déjà 500 entreprises et associations européennes ont reçu le nouveau label, 2500 autres sont engagées dans la démarche. Plusieurs milliers d'entreprises devraient donc être certifiées assez rapidement et ce label devrait rapidement apparaître sur divers supports.

Source : économiecirculaire.org

Mais au final c'est quoi le label Responsability Europe ?

Tout ceci explique la naissance de ce nouveau label mais ne nous avance pas tellement en tant que consommateurs. Nous allons donc voir à quoi correspond ce nouveau label européen, car les entreprises ne se gêneront pas pour le mettre en avant dans leur communication.

Hors nous l'avons déjà vu à travers plusieurs articles, bien souvent les labels ne sont pas très fiables quand aux réelles actions des entreprises. Pas assez précis ou stricts ils servent même parfois plus d'argument marketing que de réelle indication qualitative et fiable pour les consommateurs.

Ce qui est regrettable mais pas vraiment étonnant dans ce monde où les lobbys font la loi. Cette nouvelle certification est d'autant plus importante que la responsabilité sociétale touche a des valeurs fondatrices : le respect des droits de l'homme et l'éthique mais aussi l'impact environnemental.

Comme nous l'avons vu en première partie d'article cette histoire est mal engagée entre des accords de Paris que beaucoup d'états ne respectent même pas, y compris la France qui en est pourtant l'instigateur et l'organisateur.

Une norme ISO non certifiante et des labels nationaux mis en place non pas par les gouvernements mais par des organismes qui eux même ''vendent'' les certifications aux entreprises. Voilà qui n'est pas pour nous mettre en confiance une fois de plus.

Le label Responsability Europe sera déjà plus complet puisqu'il va intégrer à la fois la responsabilité sociétale (RSE) ainsi que les engagements en matière de développement durable (ODD), mais à peine arrivés sur leur page internet nous comprenons son but.

C'est écrit noir sur blanc en page d'accueil, ce label « vise à mettre en valeur les entreprises et organisations ». Pas un mot sur les consommateurs ni sur les réels engagements mais juste de belles paroles, à croire que c'est un publicitaire qui s'est occupé de concevoir le site.

Nous n'irons donc pas plus loin dans l'analyse car tout est dit ! Pourtant le site de l'organisation ISO lui dans ses standards indique clairement que les normes représentent un gage de confiance pour les consommateurs, mieux même des produits et services fiables et de bonne qualité.

Ce qui vous en conviendrez ne correspond pas à ce que met en avant le label, d'un côté on nous promet des produits de qualité pour les consommateurs et de l'autre on vous vend une meilleure valorisation pour les entreprises.

C'est ce qui arrive quand un label est porté par des entreprises qui certifient d'autres entreprises, tout est question de business et si le label est trop contraignant ils ne vendront pas suffisamment de certifications pour qu'il soit rentable. Soyez les bienvenus dans le 21ème siècle !

Certes l'AFNOR est une association régie par la loi de 1901, à but non lucratif donc qui pourrait inspirer confiance si elle n'était pas composée pour adhérents uniquement d'entreprises. Et dont le financement est assez obscure, si l'on a bien compris il provient à la fois de subventions, d'adhésions mais aussi de la vente des certifications.

Au final comme pour la plupart des labels et certifications, c'est mieux que rien mais ne devrait surtout pas être un élément majeur dans votre décision d'achat en tant que consommateur. Ce sont des indicateurs qui n'engagent que ceux qui veulent bien y croire, mais pour connaître la vérité mieux vaut ne pas trop s'y fier.

Je dirais même, mais comme d'ailleurs pour notre analyse ces propos n'engagent que nous, que l'on se fout de notre gueule. Quand on évoque des enjeux aussi importants que les droits de l'homme, l'éthique ou l'environnement comment peut-on mettre en place un label qui annonce clairement que son but est de valoriser les entreprises ?

Et quelle est justement l'éthique des organismes qui le proposent, le vendent en complément d'autres labels déjà existants, et le présentent en grande pompe comme une avancée significative ?

planete
crédit image : pixabay - Kyrnos

 

Vous voulez un label environnemental fiable ? Choisissez plutôt Eco-Score

Nous vous conseillons plutôt par exemple de vous informer sur l'Eco-Score, encore en développement et disponible uniquement dans l'alimentation pour le moment mais qui devrait à terme venir compléter le Nutri-Score.

Ce score qui reprend un système de notation désormais bien connu des consommateurs (de A à E) sous la forme d'un logo apposé au produit, est calculé en fonction de 15 critères prenant en compte l'impact environnemental des produits.

Il est établi sur la base des données Agribalyse gérée par l'ADEME (Agence de la transition écologique) et l'INRAE (Institut national de la recherche agronomique) qui sont eux des organismes d'état.

Pourtant l'Eco-Score ne fait pas les gros titres et n'a même pas encore son site, il faut dire aussi qu'il est soutenu par un collectif d'acteurs engagés et l'association de consommateurs Open Food Facts, qui n'ont sans doutes pas les mêmes moyens que l'AFNOR.

Il n'est d'ailleurs pas encore disponible en rayon mais vous le trouverez sur les fiches produits mises en place par l'association citée ci-dessus et certains sites d'information, ce sont eux qui le calculent et nous ne sommes pas prêts de le voir arriver en magasin.

Il semble pourtant bien plus fiable pour les consommateurs, mais il reste à voir à hauteur de combien il sera vidé de sa substance quand il passera à l'étape de l'écriture par les législateurs. D'autant plus que c'est une proposition qui nous vient de la convention citoyenne pour le climat, dont le gouvernement actuel a déjà fortement réduit les objectifs.

Bref nous aurons le temps d'en reparler quand sa mise en place se précisera, pour les éventuels intéressé(e)s vous pouvez trouver plus d'informations sur l'Eco-Score ici.

eco-score

Celles et ceux qui veulent l'utiliser peuvent déjà télécharger l'application smartphone de Open Food Facts qui permet d'obtenir le Nutri-Score et l'Eco-Score des produits simplement en scannant leur code barre, un outil simple et efficace.

Tout ça pour vous rappeler que chaque consommateur devrait se tenir informé et ne pas baser son jugement sur la communication des entreprises et de leurs représentants. Observer et vérifier prend du temps, mais nous devrons le faire si nous voulons bâtir un monde meilleur et plus responsable.

Consultez nos articles similaires :

Retrouvez tous les articles d'aide à la consommation ici

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article