Tests et Bons Plans pour Consommer Malin

Média libre et indépendant, pour vous être vraiment utile !

Actus : les distributeurs refusent d'informer les consommateurs

Après plusieurs scandales alimentaires de Buitoni à Ferrero en passant par Nestlé, nous aurions pu espérer que les industriels de l'alimentation feraient preuve d'un peu plus de transparence et de bienveillance envers les consommateurs.

Mais pensez vous, l'opacité continue avec des distributeurs qui refusent de transmettre les informations sur les nouvelles valeurs nutritionnelles des produits dont la composition a changé, suite à la pénurie d'huile de tournesol.

huile-tournesol-changement-recettes
crédit image : suju-foto

 

Quand les distributeurs refusent de donner les valeurs nutritionnelles

Nous pourrions croire qu'au sortir de multiples scandales alimentaires, qui ont tous pour origine la machine à fabriquer des profits agroalimentaire, les multinationales comme les distributeurs auraient eu un peu plus à cœur de penser aux consommateurs et de jouer la transparence.

Mais pensez vous, en consultant la newsletter de l'association de consommateurs UFC Que Choisir, qui s'occupe de recenser les changements de recettes suite à la pénurie d'huile de tournesol, encore une mauvaise surprise. Nous apprenons que beaucoup d'acteurs de l'agroalimentaire refusent d'indiquer les nouvelles valeurs nutritionnelles des produits dont la recette a été modifiée.

En effet Que Choisir liste les produits dont l'huile de tournesol a été remplacée, afin de mettre à jour leur Nutri-Score. Sauf que, comme par hasard, quand l'huile de tournesol a été remplacée par de l'huile de palme les marques et les distributeurs refusent de donner les nouvelles informations nutritionnelles.

Comme ce n'est pas supportable alors que comme évoqué en début d'article, tous ces grands groupes ne sont déjà pas exempts de tous reproches, qu'ils ont profité de la pandémie de COVID-19 pour générer des bénéfices record, nous allons les nommer.

Carton jaune à Aldi, Auchan, Casino, Cora, Franprix, Intermarché, Leclerc, Monoprix, Système U mais aussi (et sans surprises) à la multinationale Mondelez. Tous ont refusé de transmettre à l'UFC Que Choisir les nouvelles valeurs nutritionnelles des produits dont l'huile de tournesol a été remplacée.

changement-recettes-informations
capture d'écran du moteur de recherche - crédit image : DGCCRF

Rappelons tout de même que l'affichage des valeurs nutritionnelles sur les produits n'est pas optionnelle, que ce n'est parce qu'ils ont une dérogation permettant de remplacer momentanément l'huile de tournesol, qu'ils peuvent se permettre (d'autant plus dans le climat actuel) de refuser de donner les informations qui ne les arrangent pas.

Ne pas informer clairement les consommateurs sur les changements de recettes n'est déjà pas très reluisant, mais à la limite nous pouvons comprendre qu'il faille un peu de temps pour se retourner. Mais refuser de répondre à une association de consommateurs qui fait ce travail à leur place pour des raisons purement mercantiles, c'est tout simplement honteux !

Ça ne fait qu'exacerber ce climat de défiance envers les marques de l'agroalimentaire, les distributeurs qui ne valent pas mieux, et les consommateurs. Ce système qui ne cherche que les bénéfices et les profits pour satisfaire les actionnaires doit cesser, il est urgent de revenir à un système qui place les consommateurs au centre des préoccupations.

À noter également qu'un moteur de recherche mis en place par la DGCCRF permet de s'informer sur les produits dont la recette a changée, au moment d'écrire notre article il y avait 2740 produits alimentaires concernés par un changement de recette.

Notons que dans la plupart des cas l'huile de tournesol est remplacée par de l'huile de colza, ce qui est un moindre mal par rapport à l'huile de palme. Il ne faut pas non plus jeter la pierre sans distinction, mais la quasi totalité des enseignes de grande distribution refusent de transmettre les informations sur les changements de valeurs nutritionnelles.

Néanmoins, après les récents scandales alimentaires, les révélations sur les fruits et légumes pleins de pesticides et autres dérives de l'industrie agroalimentaire, il devient primordial et urgent d'exiger que la santé des consommateurs redevienne la principale préoccupation des autorités, devenues complices des lobbys !

Découvrez quelques articles similaires :

Retrouvez toutes les actualités conso ici

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article