Tests et Bons Plans pour Consommer Malin

Média libre et indépendant, pour vous être vraiment utile !

Conso : la fin du ticket de caisse, vous en pensez quoi ?

La fin de l'impression automatique des tickets de caisse entre en vigueur au 1er janvier 2023, bonne nouvelle pour la planète ou mauvaise idée pour les consommateurs ? Nous essayons de vous donner des éléments de réponse, mais nous allons voir qu'il n'y a pas que des avantages ou des inconvénients.

 

Fin du ticket de caisse : quels enjeux pour les consommateurs ?

La mesure est actée et entrera en vigueur au premier janvier 2023, dans la pratique de nombreux magasins l'appliquent déjà. Avant de voir leur impact environnemental demandons nous déjà quelles sont les conséquences pour les consommateurs ?

Car le ticket de caisse sert de preuve d'achat, obligatoire pour tout retour de produit et pour faire appliquer les garanties légales (conformité, vices cachés). Il est également bien utile quand le caissier ou la caissière a oublié d'appliquer une réduction ou bien a scanné par mégarde deux fois un produit, il permet de se faire rembourser la différence à l'accueil.

Pour celles et ceux qui comme nous utilisent des applications de réductions dématérialisées, il est également nécessaire pour se faire rembourser une fois rentrés des courses hebdomadaires. Dans les grandes surfaces et pour les achats hors alimentation, il a donc de nombreux avantages pour les consommateurs.

Car si vous venez d'acheter un rasoir électrique ou un épilateur par exemple et que vous ne récupérez pas le ticket de caisse, si une fois à la maison vous vous rendez compte qu'il est défectueux vous l'avez dans l'os comme on dit, vous ne pourrez pas vous le faire rembourser. Les tickets de caisse peuvent servir également de preuves pour se faire rembourser les produits endommagés par les assurances, en cas d'inondation ou d'incendie par exemple.

Pour les petits achats dans les commerces de proximité, il est vrai que l'on peut s'en passer mais il a également une utilité. Pas pour les consommateurs, mais pour lutter contre la fraude fiscale. L'impression du ticket prouve que le commerçant a bien enregistré l'achat et qu'il paiera la TVA et des charges dessus, plutôt que de le faire passer « au black » pour alimenter une économie parallèle.

Avec la nouvelle lubie du paiement sans contact, pour lesquels bien souvent le prix de l'achat ne s'affiche pas à l'écran comme sur les terminaux de cartes bancaires classiques, comment vérifier que le commerçant n'a pas par erreur tapé un chiffre de trop ou bien oublié la virgule ?

Il faudra attendre que le montant arrive sur votre compte en banque et soit débité, puis vous devrez retourner chez le commerçant avec des captures d'écran ou autres preuves pour faire valoir vos droits. Ce qui n'est encore une fois pas des plus pratique, mais n'ayez aucune inquiétude car des alternatives numériques ont été prévues. Mais sont elles meilleures ?

ticket-de-caisse-supermarché
illustration d'un ticket de caisse de supermarché - crédit image : pixabay - stevepb

 

Fin du ticket de caisse : quels avantages environnementaux ?

Les tickets de caisse imprimés automatiquement sont assez néfastes, car le papier utilisé contient du bisphénol A classé comme perturbateur endocrinien. Mais même sans cette substance nocive, on comprend bien que d'imprimer des kilomètres de papier avec de l'encre n'est pas une bonne chose si l'on veut préserver l'environnement.

Selon France Num ce sont 30 milliards de tickets de caisse qui sont imprimés chaque année, ce chiffe comprenant les facturettes, autrement dit le petit papier qui ne comprend que la transaction bancaire (ticket carte bleue) et sert encore aux personnes âgées pour faire leurs comptes.

Ce qui correspondrait selon Franceinfo à l'utilisation de 2,5 millions d'arbres et 950 millions de litres d'eau pour leur production. Même si l'on note que pour une fois, les politiques ne se bousculent pas au portillon pour défendre les emplois, comme ils le font d'habitude à chaque fois qu'une idée environnementale est mise sur la table.

D'un point de vue environnemental il n'y a pas photo et moins de tickets de caisse imprimés, comme il y a quelques années pour la suppression de sacs plastique, c'est une amélioration sensible de notre impact environnemental collectif. Mais quid des immenses gondoles réfrigérées sans portes, de la prolifération des écrans publicitaires, et j'en passe.

Néanmoins si d'un point de vue écologique nous ne pouvons que soutenir cette mesure, nous avons vu qu'elle pose de nombreux problèmes pour les consommateurs. Les associations alertent d'ailleurs sur l'absence de preuve d'achat, qui permet de faire valoir ses droits comme nous l'avons détaillé en première partie d'article.

Il est donc nécessaire de remplacer le ticket imprimé en caisse par une preuve d'achat dématérialisée, hors c'est là que ça coince à notre avis, car les solutions alternatives n'ont pas été anticipées et réfléchies. Du moins pas du point de vue des consommateurs, mais on commence à avoir l'habitude de cette politique des lobbys.

envoi-mail-sms
solutions alternatives aux ticket de caisse - crédit image : pixabay - ribkhan

 

Fin du ticket de caisse : des solutions alternatives satisfaisantes ?

Toujours selon France Num qui énumère généreusement sur son site tous les bienfaits de la fin du ticket de caisse, la seule solution alternative proposée est la création de fichiers clients pour leur envoyer le ticket de caisse par mail ou une preuve d'achat par SMS.

Du coup vous allez devoir donner vos coordonnées complètes à chaque commerçant : nom, prénom, adresse, adresse mail et/ou numéro de téléphone, etc... Souriez vous êtes fichés, mais le gouvernement précise qu'il y a peu de risques que vos données soient utilisées pour du démarchage commercial et l'envoi de publicités, car nous sommes protégés par le super RGPD (ironique).

L'envoi par mail est la solution qui devrait s'imposer loin devant l'envoi de SMS, mais envoyer des fichiers « pdf » par mail, ça n'a pas un impact environnemental aussi ?

Chaque envoi de courriel émet 4 grammes de carbone, on monte à 10 grammes si vous le stockez pendant 1 an. Si on remplace les 30 milliards de tickets de caisse par le même nombre de mails, ils généreront quelques 120.000 tonnes de carbone chaque année, sans même prendre en compte l'impact de leur stockage.

Côté énergie selon Ouest France qui s'appuie sur une enquête de l'ADEME (que nous n'avons pas trouvée), l'envoi d'un mail avec pièce jointe consomme autant d'énergie qu'une ampoule de 60 Watts allumée pendant 25 minutes. Il faudrait donc aussi poser la question de la production électrique : basée sur les énergies fossiles, le nucléaire ou des énergies propres et renouvelables ?

Difficile de comparer en vérité, mais on peut déjà en conclure que remplacer les tickets de caisse par des mails ne supprime pas leur impact environnemental. Il le modifie, mais sera t'il moindre ou pire nous ne savons pas vraiment répondre à cette question pour l'instant car n'avons pas trouvé assez d'éléments de comparaison.

emplacements-publicité-numérique
exemples d'emplacements publicitaires en communication digitale - crédit image : pixabay - 200degrees

 

Notre avis, synthèse et conclusion :

Autant vous le dire nous sommes partagés, car en tant que consommateurs nous avons déjà pris l'habitude de demander en caisse l'impression du ticket pour certains gros achats et au supermarché. Pour les raisons évoquées en début d'article : vérification des erreurs en caisse, demander les remboursements après achats ou encore faire valoir la garantie sur les achats hors alimentation.

Mais comme l'environnement est également un aspect qui nous importe, nous ne pouvons pas être contre la disparition des tickets de caisse qui sont clairement néfastes pour la planète et sans doute aussi notre santé à cause du bisphénol A.

Pour autant nous ne voyons pas d'un bon œil les alternatives proposées, car nous estimons que nos données personnelles n'ont pas vocation à être diffusées partout et à tout le monde. Plusieurs associations de consommateurs dont l'UFC Que Choisir alertent sur les risques de privation des droits aux consommateurs de cette mesure.

Certains arguments du gouvernement en faveur de ces solutions sont d'ailleurs assez fallacieux, mais cela fait bien longtemps que nous avons abandonné l'idée d'avoir des dirigeants honnêtes. Le mensonge permanent de nos politiques est devenu la norme, ce qui explique la défiance grandissante envers les institutions mais c'est une autre histoire.

Les solutions alternatives proposées sont peu satisfaisantes, avec moins de protection pour les consommateurs sur leurs achats. Mais aussi des risques de détournement des fichiers clients à des fins de communications commerciales et publicitaires intrusives, un véritable retour en arrière et une généralisation du fichage malvenus.

L'avantage environnemental ne semble pas évident non plus vu que l'envoi de mails avec fichiers lourds est énergivore, produit du carbone et de la chaleur. Un impact tout aussi problématique car si on sauve d'un côté des arbres et de l'eau mais que l'on alimente de l'autre le dérèglement climatique qui amplifie les sécheresses et les incendies, on tourne en rond sans rien améliorer.

Pour nous si cette mesure va dans le bon sens, il nous semble que comme souvent la décision a été prise à la va vite sans prendre le temps de réfléchir à de vraies solutions alternatives satisfaisantes. Chacun(e) se fera son propre avis, vous avez maintenant à peu près tous les éléments disponibles sur le sujet à votre disposition. Alors, vous en pensez quoi ?

Découvrez quelques articles similaires :

Retrouvez tous nos articles d'aide à la consommation

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

F
Encore une aberration force est de constater de nombreuses erreurs au passage en caisse je ne sais pas qui a décidé si c est un ministre lorsqu'il se deplace cest au minimum 3 voitures. Et ce monsieur ne fait jamais les courses ni passer à la station pour prendre de l'essence.
Répondre