Tests et Bons Plans pour Consommer Malin

Média libre et indépendant, pour vous être vraiment utile !

NFT, Metaverse ou comment vous faire banquer pour du virtuel !

Nouvelles révolutions numériques de demain ou juste un moyen supplémentaire pour s'en mettre plein les poches, nous faisons le point sur ce qui nous attend dans le futur. Entre « NFT » et « Metaverse » le numérique est appelé à prendre encore bien plus de place dans nos vies, mais quel est le réel intérêt de ces nouvelles technologies ?

 

Introduction : le numérique au service des marques

Nous n'allons pas laisser planer le suspense plus longtemps, vous devez vous doutez ne serait-ce qu'au titre de cet article que nous sommes particulièrement inquiets de voir la façon dont sont en train tourner les innovations majeures de demain.

Si les œuvres d'art ou un univers virtuels qui aient de la gueule semblent à première vue des technologies sympathiques, le seront elles vraiment ? Développées par des entreprises à but purement lucratif, quel est le réel but de ces innovations : vous ouvrir de nouveaux horizons ou gagner toujours plus d'argent ?

Sans doute un peu des deux, mais quand on se renseigne un peu plus en détail, on comprend vite que ce monde de demain que l'on nous vend déjà comme une amélioration du quotidien, est aussi et surtout une grande histoire de business.

De celles que l'on n'aime pas trop car elle ne fera que continuer à creuser le fossé entre une poignée de privilégiés qui amassent toujours plus de richesses, quand dans le même temps les classes populaires seront elles toujours plus pauvres.

En effet si aujourd'hui par exemple vous achetez une paire de bonnes baskets de marque, vous en avez l'utilité et elles améliorent vraiment votre quotidien. Mais demain vous les achèterez au prix fort juste pour avoir le privilège de voir votre avatar virtuel les porter dans une réalité parallèle.

metaverse
crédit image : pixabay - Tumisu
  • Metaverse : l'univers virtuel

Le Metaverse que l'on nous vend comme une nouvelle façon de jouer aux jeux vidéo, voir pire même en une sorte de substitution aux interactions humaines, pourrait bien surtout servir aux marques de galerie marchande virtuelle.

Car il y a l'aspect qui peut paraître opportun, d'autant plus en pleine pandémie mondiale de Covid-19 qui a changé nos habitudes. Pouvoir assister à un concert ou faire une visite de musée virtuels en 3D peut nous permettre d'accéder à la culture et aux loisirs plus facilement, et confortablement sans même bouger de son canapé.

Mais de l'autre côté du miroir c'est surtout une réalité virtuelle dans laquelle vous dépenserez votre argent, durement gagné dans la vraie vie, pour équiper un avatar virtuel. Bienvenue dans l'ère du métro, boulot, gogo !

Quoi de mieux pour une marque que de vendre du virtuel dans un Metaverse pour maximiser ses bénéfices, terminé les locaux commerciaux à entretenir et le personnel d'accueil à payer, il suffira désormais de quelques graphistes et communicants pour faire tourner la machine à cash à plein régime.

Baidu, Facebook, Google, Tencent, etc... La plupart des géants du numérique chinois et américains ont bien compris le potentiel commercial de cette future technologie. Et comme bien souvent l'Europe est elle à la ramasse malgré quelques acteurs tout de même de ci de là, comme le français Voodoo.

Selon les professionnels le marché du Metaverse pèse déjà 500 milliards de dollars et devrait atteindre les 800.000.000.000$ d'ici à 2024. Nous avons mis des zéros ça donne une meilleure idée que le mot ''milliards'' pour nous autres consommateurs, du gâteau que sont déjà en train de se partager les acteurs de la réalité virtuelle.

Un article récent du Figaro révèle d'ailleurs que l'analyse des brevets déposés par Meta (Facebook) qui prépare activement son Metaverse, ne laissent rien présager de bon car encore plus de données personnelles seront recueillies et utilisées pour le ciblage publicitaire, et oui il faut bien que vous passiez à la caisse d'une manière ou d'une autre.

Et ce n'est qu'un début puisque les investisseurs se bousculent déjà à grands coups de millions de dollars pour acheter des terrains virtuels dans le metavers qu'ils pourront ensuite revendre avec une belle marge, et demain les marques qui préparent déjà leurs catalogues y installeront leurs boutiques virtuelles pour vous vendre au prix fort du virtuel.

Alors si vous pensez encore que ce n'est pas l'argent qui motive ces sociétés, et que le Metaverse est une super nouvelle manière de vivre dans un monde virtuel sans âme du « m'a tu vu », nous ne pouvons rien pour vous il est déjà trop tard.

  • NFT (Non Fungible Token)

Le NFT pour Non-Fungible Tocken (jeton non fongible) est lui un certificat de propriété qui atteste qu'une œuvre numérique vous appartient, vous permettant donc de la vendre comme si c'était une toile encadrée ou une statue de bronze. Sauf que ça ne l'est pas, c'est juste un certificat numérique qui vous permettra de dire « c'est à moi » ou de spéculer sur sa valeur à la revente !

Mais on parle d'art et dans ce domaine l'argent coule à flot, les collectionneurs fortunés voulant assouvir leur envie de possession. Par exemple la première page de Wikipédia a été vendue aux enchères en fin d'année 2021 pour la modique somme de 750.000 $, il est vrai que posséder une telle oeuvre vaut bien une petite fortune.

Et si pour vous 663.000 € représente plus que vous n'aurez jamais en banque au cours de votre vie, c'est une petite dépense dans l'univers des NFT. Tout comme le premier SMS envoyé qui a été vendu en France pour la modique somme de 107.000€ (soit le prix d'une petite maison), ou encore le premier tweet publié par le fondateur de Twitter parti contre quelques 2,5 millions de dollars (là ça fait déjà une belle maison).

Les œuvres numériques d'artistes de cette nouvelle vague se vendent bien elles aussi, enfin leurs certificats électroniques, à des sommes folles comme une œuvre digitale de l'artiste américain Beeple vendue pour 69,3 millions de dollars par la salle de vente aux enchères Christies.

Pire les marques aussi s'y mettent en proposant des visuels numériques de leurs produits, que vous devez acheter bien entendu. Par exemple Volkswagen prépare une voiture Golf sous forme de NFT qui sera bientôt vendue au plus offrant, d'autres marques préparent le même type de projets qui devraient s'avérer juteux pour leurs colonnes bénéfices.

Les médias ont bien compris également le potentiel des NFT et commencent déjà à vendre leurs articles et couvertures à prix d'or, comme le révèle un article de MetaMédia assez complet sur le sujet. Bref vous l'aurez compris dans le monde de demain, du Metaverse et des NFT rien ne sera gratuit et il faudra beaucoup d'argent si vous voulez profiter de cet univers virtuel !

Mais bon quelques centaines de milliers d'euros pour les plus pauvres ou quelques millions de dollars pour les autres, au final ce n'est pas grand chose. Enfin sauf si comme la grande majorité des êtres humains vous ne gagnez que quelques centaines ou milliers d'euros par an, mais là c'est tant pis pour vous et certainement pas leur problème.

nft
crédit image : pixabay - satheeshsankaran

Avis et conclusion :

Pour le moment le Metaverse n'est pas encore pleinement opérationnel, mais vous pouvez déjà claquer une fortune dans certains jeux vidéo sur le même principe, pour équiper vos avatars avec des équipements en tous genres ou des fringues de marque.

Il aura sans doutes des vertus et nous permettra de faciliter certains aspects de nos vies, vous aurez par exemple la possibilité de visiter des appartements quand vous envisagerez de déménager. Vous pourrez compléter votre culture générale de manière plus ludique et immersive, et rencontrer d'autres personnes (enfin du moins ce qu'elles souhaiteront paraître dans cet univers virtuel).

Le Metaverse permettra de découvrir pleins de choses que nous n'aurions pas l'occasion de voir dans le monde réel, mais ce ne sera jamais pareil de contempler et ressentir un paysage ou une prestation artistique que de le faire dans un univers numérique, aussi bien fait soit il et pour l'instant ça n'a pas l'air si génial.

L'art a toujours été une histoire de gros sous, un monde dans lequel les riches veulent s'approprier juste pour posséder, mais c'est du domaine de la culture donc on devrait admirer et fermer nos gueules car nous autres petites gens n'y comprenons rien.

Les NFT sont déjà vendus pour des sommes astronomiques et l'objet de toutes les spéculations, et si encore ils servent à financer des artistes au final nous pourrions leur trouver un intérêt, mais les détournements commencent déjà avec des visuels numériques de voitures de luxe, de bijoux, tout et n'importe quoi pourra être vendu sous cette forme à prix d'or.

Ils sont la suite logique des technologies de blockchain et des cryptomonnaies, tout ceci étant basé sur des valeurs que nous ne partageons pas puisque toujours dans un seul et unique but : gagner plus d'argent, toujours plus d'argent ! Narcissisme et apparat, égoïsme et inégalités sont autant de maux que devront affronter notre société dans les années à venir.

Pendant que certains crèvent la dalle au 10 du mois et que d'autres n'ont pas de toit pour se loger, les riches eux dépensent déjà des fortunes pour des oeuvres numériques, et demain ils s'offriront des chaussures ou des voitures virtuelles de grandes marques, un bien triste monde qui ne prend pas à notre avis le bon chemin !

Nous ne sommes d'ailleurs pas les seuls à ne pas voir d'un bon oeil ce metaverse que l'on veut nous vendre comme une révolution, un certain Elon Musk n'en veut pas non plus et l'a fait savoir dans un grand journal indien. Ses propos ont été traduits et repris par de nombreux sites, intéressant à lire si vous souhaitez en savoir plus.

Pour ce qui est des NFT c'est Holden Shearer, un créateur de jeux vidéos justement, qui les qualifient comme "sans intérêt" dans une série de tweets relayés par Développez.com. En effet pour une technologie basée sur la blockchain censée apporter sécurité et traçabilité, on ne peut que s'interroger quand on voit que les arnaques aux NFT pleuvent déjà avec des pirates qui détournent les droits d'auteurs et d'images.

Le film "Ready Player One" signé Steven Spielberg est une belle illustration de ce que pourrait devenir le metaverse dans le futur, sauf que dans la vraie vie sans les héros et les aventures ça risque de ne pas être aussi sympathique.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article