Dans la série arnaques nous nous intéressons aujourd'hui aux géants de l'industrie agroalimentaire qui eux aussi cherchent à vous tromper sur la qualité et la provenance de leur production alimentaire en jouant sur les emballages.

 

Introduction

C'est une enquête trouvée par hasard sur internet qui m'a donné envie de rédiger cet article tutoriel, cuisinier de métier j'ai une bonne connaissance de tout ce qui touche à l'alimentaire et particulièrement dans la lecture des étiquettes et de leurs petites cachotteries.

 

En tombant sur un communiqué de presse de l'organisation de consommateurs FoodWatch en date du 13 juillet 2017, j'ai voulu relayer leur (excellent) travail d'enquête sur les marques qui abusent de drapeaux français et autres estampilles « made in France » pour vous faire acheter leurs produits.

 

Ensuite on fera le tour des autres éléments à bien regarder sur une étiquette avant de placer le produit dans votre chariot...

 

L'arnaque des produits « made in France »

extrait de l'article FoodWatch:

"Dans les rayons des supermarchés, les étiquettes affichant le drapeau tricolore, la mention « France » en lettres capitales ou la carte de l’hexagone prolifèrent (...) Le verdict est sans appel : grandes marques, marques de distributeurs mais aussi bio mettent en avant le « made in France » pour des aliments qui ne contiennent parfois pas le moindre ingrédient français (...) Les étiquettes regorgent d’inventivité pour leurrer les consommateurs qui croient, à tort, soutenir les filières françaises."

 

Lien vers le tableau de FoodWatch

 

Les colorants et autres additifs alimentaires mis en cause

Il ont déjà fait l'objet de nombreuses enquêtes et avertissements mais il n'est pas évident, même pour nous autres cuisinier, de savoir quels sont les bons et les mauvais additifs car ils sont loin de tous poser problème.

 

On reconnaît un additif sur une étiquette par son chiffre, seul composant d'une recette qui n'est pas forcément écrit en toutes lettres.. Ils ont en commun qu'ils commencent tous par un E et il en existe plus d'une centaine.

 

Difficile donc de se souvenir que le E103 correspond à la Chrisoïne S (colorant jaune) et potentiellement nocif alors que le E140 correspond à la chlorophylle (colorant vert) qui est lui à priori sans aucun danger.

 

Je vous recommande la lecture de ce tableau des additifs du site Web Additifs qui recense et classe ces derniers selon leur dangerosité supposée, l'idéal serait même de se noter les plus mal classés et d'éviter d'acheter des produits qui en contiennent.

 

 

Les estampilles sanitaires à surveiller aussi

Un autre point à vérifier sur un produit alimentaire est son estampille sanitaire communément appelé « cachet vétérinaire » qui se trouve sur la plupart d'entre eux et qui indique leur provenance, ils sont obligatoires pour tous produits d'origine animale ( y compris les œufs, le lait et plats préparés à base de).

 

Il n'est d'ailleurs pas si rare de voir la même estampille sur un produit de marque et son équivalent plus bas de gamme, ce qui indique clairement que le produit vient du même producteur ou fabricant, cela ne veut pas toujours dire qu'ils sont identiques pour autant.

 

Tout dépend de sa nature: si c'est un produit brut ou peu élaboré il sera sûrement identique ou très proche, alors que pour des plats complexes avec toute une liste d'ingrédients des modifications de la qualité ce certains d'entre eux peut expliquer la différence de prix.

 

On y trouve le pays d'origine, le département, la commune et le numéro d'identification de l'entreprise :

 

 

 

 

 

 

 

 

Selon le produit quelques particularités, comme pour les œufs dont le signe national (FR) est précédé d'un chiffre qui en définie le type d'élevage des poules pondeuses :

  • 0 = Bio

  • 1 = Plein air

  • 2 = Au Sol

  • 3 = Cages

Tout savoir sur les œufs grâce à cette fiche pratique de la DGCCRF (répression des fraudes).

 

 

Ne pas négliger la DLC ou DLUO et la valeur nutritionnelle

Enfin il reste plus que jamais de vigueur de jeter un coup d'oeil à la DLC (Date Limite de Consommation) ou DLUO (Date Limite d'Utilisation Optimale) :

  • La DLC indique une date à partir de laquelle il devient dangereux de consommer le produit, elle est présente sur les produits frais et à consommer rapidement.

  • La DLUO indique la date à partir de laquelle l'aliment commence à perdre en qualité sans qu'il soit dangereux de le consommer après cette date, elle est présente sur des produits moins sensibles et se conservant longtemps.

 

De même si vous faites attention à votre ligne et / ou à la qualité de votre alimentation le petit tableau des calories et valeurs nutritionnelles est votre ami, on évite ce qu'on appelle les calories vides au profit de celles qui vous apportent quelque chose en fibres, vitamines, bons acides gras, énergie, etc...

 

Pour finir je vous laisse une petite fiche de l'ANSES* qui récapitule les points à vérifier sur une étiquette, avec toutes ces informations vous êtes désormais armés pour comparer et acheter au plus juste !

*Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

 

Tag(s) : #Consommation, #Cuisine

Partager cet article

Repost0