consommation

Nous prenons le clavier pour avertir tous nos lecteurs et plus généralement l'ensemble des consommateurs français que de nouveaux programmes lancés par des sites de e-commerce chinois vont bientôt changer la donne.

 

Après le lancement il y a quelques semaines du programme Gearbest à destination des influenceurs c'est au tour de Ali Baba de mettre en place le sien, et tout cela n'annonce rien de bon pour nous autres consommateurs.

 

En effet soucieux de venir concurrencer Amazon sur le marché européen et français les géants du e-commerce chinois semblent prêts à tout, y compris à payer les influenceurs sur les réseaux sociaux pour assurer leur publicité auprès du jeune public.

 

Il y a quelques semaines nous vous avertissions sur les mauvaises pratiques des sites de bons plans, pour beaucoup le principal objectif n'est pas d'aider les consommateurs mais de gagner de l'argent, et sur les réseaux sociaux certains influenceurs ne sont pas mieux.

 

D'autant plus qu'ils ont désormais à disposition tout le nécessaire pour gagner de l'argent facilement avec des géants de la vente en ligne qui sont prêts à investir une fortune, le problème est que si les deux premières parties sont gagnantes la troisième (les consommateurs) est le dindon de la farce.

influenceurs
crédit image : pixabay - DiggityMarketing

Comment fonctionnent ces programmes ?

Dans les deux cas le principe est le même et le discours de façade donne envie, ils font miroiter aux influenceurs la possibilité de trouver des partenariats avec les grandes marques high-tech asiatiques : Asus, Huawei, Xiaomi, etc... Ou de la mode et des cosmétiques par exemple mais on n'y connait rien.

 

Mais la réalité est toute autre puisque pour pouvoir accéder à des partenariats avec des grandes marques il faut passer des paliers, le premier d'entre eux étant de promouvoir des codes promos sur les réseaux sociaux, contre une bricole ou un bon d'achat par exemple pour vous inciter.

 

Le passage de paliers est soumis à des objectifs de vente, par exemple vous devez générer 10.000€ de ventes sur leur site pour passer au deuxième palier et ainsi de suite (chiffre inventé), ou comment transformer un influenceur en commercial.

 

Comme nous sommes partenaires de Gearbest nous avions été invités à rejoindre leur programme influenceur, la promesse de pouvoir tester des produits de grandes marques high-tech nous ayant séduits nous nous y sommes inscrits, raison pour laquelle nous pouvons vous expliquer leur fonctionnement.

 

Mais on nous a proposé de recevoir une smartwatch bas de gamme valant 15€ à tester en échange de la diffusion de codes promos sur notre blog, voilà le deal comme il est réellement, qu'ils appellent ça des « missions » ou autrement dès le premier jour on vous met la pression pour générer des ventes.

 

Nous avons vite compris la supercherie et qu'en fait il y a peu de chances de pouvoir vraiment devenir partenaires de grandes marques, qui ne servent d'ailleurs certainement que de caution à ces programmes sans le savoir ni avoir donné leur accord au préalable.

 

Bref bien entendu nous leur avons dit d'aller voir ailleurs si on y étais car nous ne sommes pas prêts à tout pour recevoir une babiole à 15€, c'est dommage car nous aimons bien Gearbest qui sont par ailleurs très sérieux et un site sur lequel nous achetons de temps en temps.

 

De ce que nous avons pu voir sur le programme de Ali Baba auquel nous ne sommes pas inscrits c'est exactement la même chose, selon nos confrères de Presse Citron ils veulent recruter de cette façon 1.000.000 d'influenceurs en Europe sur 3 ans pour promouvoir leur site de vente en ligne AliExpress.

attention-aux-influenceurs
crédit image : pixabay - geralt

Pourquoi sont ils dangereux pour les consommateurs ?

D'après un article de La revue Digitale le programme Ali Baba propose même de rémunérer directement les influenceurs diffusant leurs codes promos, de la publicité à peine déguisée qui pourrait en pousser certains à relayer tout et n'importe quoi sans aucune déontologie.

 

Le but serait que chaque influenceur puisse promouvoir leur site de vente en ligne auprès de 10.000 followers pour atteindre des millions de consommateurs en Europe (à moindre frais), je vous laisse faire le calcul de 10.000 fois 1 million...

 

Les réseaux sociaux ne sont pas en reste avec également la mise en place de possibilité d'acheter en ligne directement depuis leurs plate-formes, comme Facebook Shops qui vient d'être présenté et arrivera prochainement comme ça il n'y aura même plus besoin de se rendre sur le site de vente.

 

Tout ça pour avertir les consommateurs français et européens que donc si vous voyez vos influenceurs favoris soudainement se passionner pour Gearbest, et surtout AliExpress qui est bien plus puissant qu'ils ne le font certainement pas pour de bonnes raisons mais par appât du gain.

 

Car ce que vous ne savez pas c'est qu'en plus de bons d'achats, de virements ou de produits gratuits à essayer les influenceurs gagnent en plus une commission sur les ventes générées, qui dépend des paliers mais peuvent être de 3 ou 5% voir même plus (si on reprend notre exemple 5% de 10.000€ représentent un gain de 500€ pour l'influenceur).

 

De quoi motiver ceux qui sont là avant tout pour gagner de l'argent puisque plus ils font la publicité du e-commerce plus ils génèrent de ventes et plus ils gagnent de l'argent, montant ainsi les paliers pour gagner encore plus, quitte à s'arranger avec la vérité pour les plus malhonnêtes (si si il y en a).

 

Sans parler du réseau social qui ne fait pas ça gratuitement bien entendu mais prend aussi sa commission au passage, pour Facebook Shops les CGU évoquent un taux de 5% avec un minimum de 0.40$ par vente générée aux USA (nous n'avons pas trouvé le chiffre exact pour la France).

 

Auquel il faut encore ajouter les frais de paiement en ligne qui sont par exemple sur PayPal de 3.4% + 0.20€ par transaction, ce qui nous fait déjà trois intermédiaires qui prennent leur commission sur vos achats, et aucun n'est français bien entendu et ne paye ses impôts ici sauf l'influenceur.

influenceurs-reseaux-sociaux
crédit image : pixabay - geralt

Si vous faites un achat recommandé par un influenceur via un réseau social payé par PayPal ce sont donc 10 à 15% du prix que vous payez qui enrichira des tiers, faisant monter le prix de vente d'autant pour tout le monde puisque toutes ces commissions sont calculées et comprises dans le prix de base.

 

Et ce n'est pas fini car importer des produits de Chine peut vous coûter cher à l'arrivée entre TVA et frais de douanes, la note pourrait s'avérer très salée quand le facteur frappera à votre porte pour vous réclamer de payer la somme que vous devez à l'état français sur vos achats hors UE.

 

Bien entendu comptez sur Tests et Bons Plans pour rester en dehors de ces dérives que l'on essaye à chaque fois de révéler et d'épingler, mais nous sommes bien peu de choses face à des influenceurs tous puissants ayant des communautés gigantesques.

 

Il risque d'y avoir pas mal de déceptions pour les consommateurs peu attentifs et ceux qui vouent un culte à des influenceurs, leur faisant une confiance aveugle alors que beaucoup ne sont pas qualifiés pour recommander l'achat de produits à leur audience.

 

Peu respectent les règles les obligeant pourtant à indiquer le caractère commercial de leurs publications, et quasiment aucun ne vous avertira des lois à connaître quand on fait des achats en dehors de l'espace Schengen, le plus important c'est que vous leur fassiez gagner de l'argent. 

 

Nos articles similaires :

Toute nos articles d'aide à la consommation ici

Retour à la page d'accueil

Tag(s) : #Consommation, #ecommerce, #Actualités

Partager cet article

Repost0