aide-consommation

Comme nous l'avions fait pour les étiquettes de produits alimentaires nous allons dans cet article vous donner toutes les informations à connaître pour apprendre à bien lire l'étiquette d'une bouteille de vin.

 

Car comme dans de nombreux domaines il y a des mentions obligatoires et d'autres facultatives mais aussi tout un tas de techniques utilisées par les professionnels pour attirer le chaland mais étant sans aucune valeur.

 

Ancien chef de cuisine j'ai durant mes études étudié l'œnologie et ai travaillé dans un univers proche de celui du vin des années durant, utilisé en cuisine bien entendu mais aussi pour créer des accords mets et vins avec des sommeliers.

 

J'ai donc des connaissances que je souhaitais mettre à la disposition de tous, mais je dois avouer que je ne suis moi même pas un grand amateur, ce qui n'empêche pas de vous donner les clés pour apprendre à lire les différents éléments des étiquettes.

 

Pour ce qu'il se trouve à l'intérieur par contre même si j'ai de bonnes bases également mieux vaut vous fier à votre palet et/ou à de vrais œnologues, mais les étiquetages eux n'ont aucun secret pour moi, allez trêve de blablas rentrons dans le vif du sujet.

 

LES 3 TYPOLOGIES DU VIN

Commençons par le commencement avec les trois différentes typologies des vins français, ce sont les labels si l'on veut utiliser un terme plus commun, ils indiquent particulièrement en fonction de quel niveau de contraintes a été produit le vin.

 

Je me rends compte que ce n'est pas si simple à expliquer, mais le listing va immédiatement vous faire comprendre de quoi il s'agit :

  • VSIG (Vin Sans Indication Géographique) plus connu sous l'appellation « vin de table »

  • IGP (Indication Géographique Protégée)

  • AOP (Appellation d'Origine Protégée)

Voilà on y voit déjà plus clair puisque l'on retrouve les mêmes indicateurs que pour les solides, et comme nous avons déjà expliqué dans notre article sur les labels de qualité dans l'alimentation tous les critères de ces appellations nous allons passer à la rubrique suivante.

 

LES 8 MENTIONS OBLIGATOIRES

Passons aux mentions obligatoires sur les étiquettes, elles sont au nombre de huit et si l'on en a de très basiques d'autres donnent des indications très importantes à savoir lire, commençons là aussi par les lister puis nous détaillerons celles qui méritent de l'être.

Les 8 mentions obligatoires :

  • la catégorie réglementaire (type de vin + appellation)

  • la provenance

  • les informations relatives à l'embouteilleur

  • le numéro de lot

  • le titre alcoométrique volumique acquis (TAVA)

  • le volume nominal

  • le message sanitaire (pictogramme femmes enceintes)

  • la présence d'additifs et d'allergènes

Voilà il n'est pas nécessaire de préciser à quoi sert le pictogramme obligatoire à partir de 1.2% d'alcool mais par exemple la « catégorie réglementaire » est un indicateur important à prendre en compte, il indique plusieurs éléments primordiaux pour le consommateur.

 

Le type de vin : vin blanc, vin jaune, vin de paille, vin rosé, vin rouge, pétillant, etc... Mais aussi l'appellation du vin : Bordeaux, Côtes du Rhône, Sancerre, etc... Et le label si il en possède un (AOP ou IGP) avec juste dessous la provenance (Produit de France, Vin d'Alsace, etc...).

 

On retrouve à cet endroit également souvent des mentions facultatives que nous verrons ensuite comme les classements ou les millésimes, mais avant continuons de développer les éléments obligatoires.

 

Vous connaissez déjà la volumétrie qui est le taux d'alcool contenu dans le vin (par exemple 12%) et la contenance exprimée en centilitres qui indique la quantité de liquide (par exemple 75 cl), le numéro de lot sert à la traçabilité mais ne vous dira pas grand chose.

informations-etiquettes-vin
crédit image : Ministère de l'économie / DGCCRF - https://www.economie.gouv.fr/particuliers/etiquette-bouteille-vin

Un autre élément peut avoir son importance : les informations relatives à l'embouteilleur mais à prendre avec des pincettes car beaucoup de producteurs de masse essaient de trouver de jolis noms pour vous amadouer et elles n'ont que peu d'intérêt.

 

Ce sont les mentions de type « mis en bouteille à la propriété » ou « mis en bouteille au château » mais aussi « mis en bouteille dans nos chais », elles ne sont pas réservées aux seuls petits vignerons artisanaux malheureusement.

 

Ces mêmes mentions peuvent être utilisés par quasiment tout le monde, du petit vigneron indépendant à la coopérative et même en passant par les négociants si ils respectent quelques obligations (être propriétaire des vignes ou acheter à des producteurs qui mettent le vin en bouteille).

 

Il y a tout de même une différence à faire car certains termes sont réservés aux vins avec un label d'indication géographique : Château, Clos, Domaine et Mas. Les autres termes : Propriété ou Chais par exemple eux ne sont pas soumis à ces restrictions.

 

Néanmoins comme un petit vigneron ne produit pas forcément toujours un meilleur vin qu'un négociant expérimenté capable d'élaborer des vins d'assemblage de haute volée, cette mention n'est pas la plus importante d'un point de vue gustatif.

 

Bref au final ce ne sont pas les mentions obligatoires qui sont les plus révélatrices de la qualité d'un vin pour le consommateur mais bien souvent celles qui sont facultatives, mis à part tout de même celles en haut au milieu de la bouteille (catégorie et provenance).

 

LES MENTIONS FACULTATIVES

Les mentions facultatives donnent de précieuses informations pour bien choisir une bouteille de vin mais qui dit facultatif dit que chacun peut s'arranger un peu avec la vérité pour faire plus vendeur, il y a tout de mêmes des règles à suivre.

Les 4 mentions facultatives réglementées :

  • le millésime

  • le ou les cépages

  • la méthode de production

  • l'exploitation agricole

Pour les deux premières mentions le chiffre à retenir c'est 85% car une bouteille millésimée doit impérativement être issue de la production des vignes de l'année indiquée sur la bouteille et donc doit contenir au moins 85% de raisins récoltés l'année du millésime.

 

Pour le cépage c'est un peu plus complexe car pour les vins à cépage unique là aussi le vin doit contenir au minimum 85% de raisins du cépage indiqué, cépage pour les novices peut se traduire par variété (Cabernet, Grenache, Merlot, Pinot, etc...).

 

Pour les vins d'assemblage qui sont issus du mélange de plusieurs cépages la bouteille doit soit ne rien indiquer puisque c'est une mention facultative, soit indiquer 100% des cépages contenus dans le vin produit (mais sans obligation d'indiquer les proportions).

 

La méthode de production est une indication non obligatoire mais très prisée car elle permet de mettre en avant le savoir faire et d'autres éléments de communication, qui peuvent d'ailleurs parfois porter à confusion puisque assez libres, certains ne manquent pas d'imagination pour vanter leur marchandise.

lire-etiquette-vin
crédit image : pixabay - KRiemer

On retrouve dans cette catégorie les mentions de type « vieilli en fut de chêne » ou « récolté à la main » mais aussi « vieilles vignes », l'embouteilleur doit néanmoins pouvoir être en mesure de justifier ces mentions en cas de contrôle mais il reste possible de jouer sur les mots.

 

À noter que la mention « Vendanges Tardives » est elle très réglementée et réservée à certains cépages détenant une Appellation d'Origine Protégée et un millésime, au début réservée aux vins d'Alsace elle se retrouve maintenant dans de nombreuses régions viticoles mais est très contrôlée.

 

Cette catégorie comprend également toutes les médailles et distinctions reçues lors de concours agricoles avec tout de même comme obligation de respecter l'arrêté du 13 février 2013 encadrant les concours avec une liste de concours agrémentés par le ministère en charge de la communication.

 

Il existe par contre quelques restrictions plus strictes qui concernent comme nous l'avons vu plus haut les mentions « Château » et « Clos » mais aussi « Cru » qui doivent bénéficier d'une appellation d'origine pour pouvoir être affichées.

 

Le troisième terme est particulièrement important puisque l'on trouve souvent pour les grandes appellations un classement des crus : « Grand Cru », « 1er Cru Classé », « Cru Bourgeois » et ainsi de suite définissant le prestige de la cuvée proposée.

 

De même les mentions indiquant une exploitation agricole sont réservées uniquement aux producteurs et vignerons qui récoltent et vinifient le vin exclusivement sur le domaine, ils doivent donc disposer d'une IGP ou d'une AOP.

 

LES RÈGLES SPÉCIFIQUES DU CHAMPAGNE

Le champagne est un vin bien particulier, fruit d'un savoir faire régional issu d'une longue tradition, souvent imitée mais jamais égalée l'appellation Champagne est prestigieuse et bien protégée avec ses propres réglementations, qui s'ajoutent à celles de tous les vins que nous avons déjà vues.

Les mentions complémentaires du Champagne :

  • l'appellation Champagne

  • la mention de la teneur en sucre (Brut, Sec, Doux, etc...)

  • le nom ou la raison sociale de l'élaborateur

  • le numéro d'immatriculation professionnelle

  • les mentions de la capsule

Outre les indications permettant d'identifier l'élaborateur d'un Champagne l'étiquette doit aussi mentionner sa localisation (nom de la commune de son siège social), mais aussi son numéro d'immatriculation professionnelle.

 

L'immatriculation est identifiable car elle commence par 2 lettres qui sont les initiales de la classification, et cette indication est pour les consommateurs avertis un élément de comparaison important entre les Champagnes.

 

Nous vous listons donc les 6 classes d'élaborateurs :

  • M.A. = Marque d'Acheteur

  • C.M. = Coopérative de Manipulation

  • R.C. = Récoltant Coopérateur

  • R.M. = Récoltant Manipulateur

  • S.R. = Société de Récoltants

  • N.M. = Négociant Manipulateur

En effet dans le domaine du champagne il faut différencier récoltant et manipulateur qui ne sont pas forcément la même personne ni la même entreprise, puisque le Champagne nécessite un grand savoir faire de manipulation des bouteilles qui fait partie intégrante de son élaboration, raison pour laquelle on parle d'élaborateurs et pas de producteurs.

 

Les capsules de Champagne sont également réglementées et contiennent un code spécifique nommé « CRD » permettant d'identifier l'élaborateur, un peu plus complexe nous n'allons pas développer mais pour ceux qui le souhaitent vous trouverez plus d'informations ici.

informations-etiquette-champagne
crédit image : pixabay - eminens

Faisons également un arrêt sur la mention de teneur en sucre puisqu'elle attribue une dénomination spécifique au Champagne :

  • Brut Nature = inférieure à 3 grammes / litre

  • Extra Brut = entre 0 et 6 grammes / litre

  • Brut = inférieure à 12 grammes / litre

  • Extra Sec = entre 12 et 17 grammes / litre

  • Sec = entre 17 et 32 grammes / litre

  • Demi-Sec = entre 32 et 50 grammes / litre

  • Doux = plus de 50 grammes / litre

À ces mentions obligatoires s'ajoutent là aussi des mentions facultatives qui ont leur importance comme pour les vins non pétillants et qui sont les mêmes puisque l'on peut retrouver sur les Champagnes un « millésime » et un « cépage » ou encore le « Cru ».

 

Il y a une exception néanmoins avec aussi une mention complémentaire faisant référence aux raisins utilisés, comme nous sommes sur des Champagnes tout est très réglementé contrairement aux autres vins. Les champagnes peuvent indiquer si la cuvée a été réalisée avec un type particulier de raisin.

Les 3 mentions du raisin :

  • Blanc de Blanc : Champagne issu de raisins blanc uniquement

  • Blanc de Noir : Champagne issu de raisins noirs uniquement

  • Rosé : Champagne issu d'un assemblage ou d'une saignée

Vous n'êtes pas sans savoir qu'il existe plusieurs sortes de raisins et notamment des raisins à peau noire mais à chair et jus blanc, ce qui explique la différenciation faite puisque le Champagne Rosé n'est pas issu de raisins à peau noire comme les novices pourraient l'imaginer.

 

Dernier élément à connaître seuls 5 départements français sont habilités à produire du Champagne : l'Aube, l'Aisne, la Marne et la Haute-Marne ainsi que la Seine-et-Marne. Les autres régions viticoles productrices de vins pétillants ne peuvent pas utiliser l'appellation Champagne.

Sources :

 

CONSEILS ET CONCLUSION

Nous avons fait le tour de ce que prévoit la réglementation et pourtant il manque quelques éléments qui ne semblent pas soumis à des restrictions ou des obligations mais que l'on retrouve régulièrement sur des bouteilles, certainement puisque moins encadrés justement.

 

Les visuels en fonds d'étiquettes qui représentent des jolis tonneaux de vin, des grappes de raisin ou autres pieds de vigne, comme les motifs apposés directement sur les bouteilles puisqu'il n'est pas rare d'y trouver des fleurs de lys ou des couronnes et autres blasons qui font haut de gamme, n'ont aucune autre valeur que la décoration qu'ils apportent au contenant.

 

Les textes d'accompagnement à l'arrière des bouteilles sur lesquels on enjolive les différents éléments choisis pour la mise en avant, ils sont d'une importance capitale dans la décision d'achat et ça les grands producteurs l'ont bien compris, ils soignent tout particulièrement cet élément.

 

Tout aussi insidieuses les recommandations et sélections faites par tel guide ou tel sommelier ne semblent pas avoir non plus de cadre légal et si la plupart sont sérieuses elles n'engagent que ceux qui veulent bien y croire, dans ce domaine ne vous laissez pas berner par une jolie cocarde ou un bel écusson.

 

Voilà pour le reste je pense que vous avez tous les éléments dans le déroulé des mentions que nous avons essayé de détailler au fur et à mesure, ce qui peut porter à confusion c'est que les mentions facultatives sont plus importantes pour le consommateur qui doit choisir une bouteille que la plupart de celles obligatoires alors qu'elles sont moins bien encadrées.

 

Privilégiez les indications qui sont bien réglementées et évitez de prendre en compte celles qui le sont moins afin de pouvoir comparer les vins sur les mêmes bases et faire votre choix en fonction de critères équitables, en d'autres termes ne regardez pas le packaging et intéressez vous plus particulièrement aux mentions contrôlées.

tout-savoir-etiquettes-vin
crédit image : pixabay - stux

Nos articles similaires :

Tous les articles d'aide à la consommation ici

Retour à la page d'accueil

Tag(s) : #Consommation, #Loisirs, #Cuisine

Partager cet article

Repost0